Affaire Fiona : le procès de Cécile Bourgeon renvoyé au 20 octobre à Lyon

Alors qu’il devait se tenir fin mai, le procès de Cécile Bourgeon et de Berkane Makhlouf est encore reporté. En raison de la crise sanitaire du coronavirus COVID 19, la mère de Fiona, disparue en 2013 à Clermont-Ferrand, et son ex-compagnon seront finalement jugés à Lyon en octobre.
 

C'est à Lyon, en octobre 2020, que se tiendra le procès en appel de Cécile Bourgeon, la mère de la petite Fiona disparue en 2013, et de son ex-compagnon.
C'est à Lyon, en octobre 2020, que se tiendra le procès en appel de Cécile Bourgeon, la mère de la petite Fiona disparue en 2013, et de son ex-compagnon. © Rémi Dugne / MAXPPP
C’est une affaire qui semble ne jamais vouloir se terminer. Acquittée en 2016 des violences ayant entrainé la mort de sa fille disparue en mai 2013 à Clermont-Ferrand et dont on n’a jamais retrouvé le corps, la mère de Fiona avait été condamnée en appel à 20 ans de réclusion, deux ans plus tard, par la cour d’assises de Haute-Loire.  Ce verdict ayant été cassé par la cour de cassation en février 2019, Cécile Bourgeon devait être rejugée en février dernier. Un nouveau procès qui avait finalement été reporté au mois de mai, car la jeune femme, aujourd’hui âgée de 32 ans, était enceinte... Mais c’était sans compter sur la crise sanitaire liée au coronavirus COVID 19 qui a à nouveau contraint la cour à trouver une nouvelle date. 

C’est donc à l’automne, du 20 octobre au 6 novembre 2020, que Cécile Bourgeon devra s’expliquer sur la mort de sa fille devant la cour d’assises de Lyon. Un procès où elle comparaitra libre, contrairement à son ex-compagnon Berkane Makhlouf, qui purge une peine de 20 ans de réclusion criminelle pour violences volontaires ayant entrainé la mort de Fiona sans intention de la donner.  

Un quatrième enfant placé dès sa naissance

Libérée le 20 février 2019 après avoir purgé cinq de prison pour les délits auxquels elle avait été condamnée par la cour d’assises du Puy-de-Dôme (non-assistance à personne en danger et dissimulation de cadavre notamment), Cécile Bourgeon, qui avait également été déchue de ses droits parentaux sur ses deux autres enfants, a depuis refait sa vie à Perpignan où elle s’est mariée et a mis au monde un quatrième enfant, une petite fille, au mois d’avril. Un enfant qui a été placé par les services sociaux dès sa naissance. 
 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
affaire fiona coronavirus santé société justice faits divers disparition
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter