Ain - Sécheresse: les mesures de restrictions des usages de l'eau se durcissent dans la Dombes

Depuis le 15 mars, c'est la troisième fois que le comité départemental de vigilance sécheresse renforce les restrictions dans ce secteur. La Dombes connaît des déficits pluviométriques depuis plusieurs années.

Etang de la Dombes le 30 avril dernier, après un hiver très sec.
Etang de la Dombes le 30 avril dernier, après un hiver très sec. © France 3 Rhône Alpes / Arnaud Jacques

Les pluies du printemps ne suffisent pas. Dans le secteur entre la Dombes et Certines (Ain), le préfet a décidé d'activer une alerte sécheresse renforcée avec de nombreuses interdictions dont l'arrosage. 

La Dombes est surtout connue pour ses 1000 étangs qui souffrent, évidemment, du déficit de pluie puisqu'ils ne sont alimentés que par le ciel, mais la mesure préfectorale a surtout été prise en raison du niveau très bas des eaux souterraines, de la nappe. Il convient donc de limiter le "pompage". 

Reportage E. Phily et P. Perrel
durée de la vidéo: 01 min 52
Sécheresse dans l'Ain, ça ne va pas mieux ! ©France 3
 

Une situation pluviométrique déficitaire

Depuis près de 5 ans, la Dombes connaît des déficits pluviométriques importants, particulièrement en automne et en hiver. Ce secteur a été placé en vigilance le 15 mars puis en alerte le 25 avril, date où le niveau était celui relevé habituellement à la fin du mois d'août.


Des restrictions plus contraignantes

Dans les dispositions de ce niveau d'alerte, il est par exemple interdit d'arroser son potager de 9h à 21h (interdiction totale si prélèvements dans les eaux superficielles), d'arroser les pelouses et espaces verts et d'arroser les stades et les golfs.

Pour les agriculteurs, il est interdit de prélever les eaux souterraines de 9h à 21h.

Le détail des restrictions est à retrouver sur le site de la préfecture de l'Ain.

Le comité sécheresse continuera à se réunir tous les mois. Le niveau "alerte renforcée" est le dernier niveau avant le stade ultime: le niveau "crise".
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécheresse météo environnement société