Au Salon de l'Agriculture, Natacha veut devenir Meilleure Apprentie de France

Il n'y a pas que le monde paysan qui se prépare au Salon de l'Agriculture. La plus grande ferme de France va aussi célébrer les arts culinaires et le salon servira de décor au concours des meilleurs apprentis charcutiers - traiteurs. Natacha, apprentie dans le Pays de Gex, sera au rendez-vous.
Natacha et l'équipe de la boucherie-charcuterie où elle fait son apprentissage.
Natacha et l'équipe de la boucherie-charcuterie où elle fait son apprentissage. © France 3

Natacha Grostabussiat est originaire des Moussières en Franche-Comté, mais elle fait son apprentissage de l'autre côté du massif jurassien, dans l'Ain. C'est à Saint-Genis-Pouilly que nous l'avons rencontrée dans le laboratoire de la Boucherie-Charcuterie Pelletier.

La jeune femme de 17 ans, volontaire et pétillante, fait son CAP de charcutier-traiteur en une année, après avoir décroché le même diplôme en boucherie ! Ce monde est à elle. Son père était de la partie. "J'ai toujours baigné là-dedans, mon père avait un labo à la maison. J'ai dû faire mes premières saucisses à l'âge de 5 ans", lance-t-elle dans un grand sourire.  
 

Galantine & terrine

Aux côtés de Patrick Montanier, son tuteur en entreprise, elle évolue comme chez elle, mais se nourrit des réflexions de son aîné. Il ne tarit pas d'éloges : "j'ai dû avoir 35 apprentis dans ma carrière, c'est de loin la meilleure"

Il n'est donc pas inquiet pour le défi qui s'annonce. Durant 1 jour et demi, Natacha va concourir pour le titre de Meilleur Apprenti de France. Les épreuves se dérouleront au Centre Européen des Professions Culinaites (Ceproc) puis au Salon de l'Agriculture. Elle devra réaliser une galantine de cochon et une douzaine de déclinaisons, ainsi qu'une terrine de légumes végétale avec encore 12 déclinaisons. 

"Je me suis encore entraînée la semaine dernière à l'école avec mon prof et j'ai un problème", avoue-t-elle, "je termine 2 heures avant la fin de l'épreuve ! Donc il faut que je trouve comment m'occuper pendant ce lapse de temps." Il n'y a pas de vantardise dans ses propos mais une réelle inquiétude. Il ne faut pas mélanger vitesse et précipitation, Natacha le sait. 

"J'espère juste qu'elle n'aura pas de problème avec son diabète", se demande son tuteur. Car Natacha est diabétique, ce qui lui a joué des tours par le passé, ce qui n'est pas toujours compris en milieu professionnel. "En m'attaquant à ce concours, je veux prouver que la maladie ne peut m'arrêter", conclut la jeune battante. 

Reportage Franck Grassaud et Maryne Zammit
durée de la vidéo: 01 min 44
Portrait apprentie en préparation pour les MAF
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
apprentissage éducation société salon de l'agriculture agriculture économie