Incendie mortel de la route de Vienne : pas d’acquittement mais des peines réduites pour les deux accusés

Lors du procès en appel de l’incendie mortel de la route de Vienne, les deux gérants de la boulangerie ravagée par l’incendie criminel qui a coûté la vie à Clara et sa fille de quatre ans, n’ont pas été acquittés, mais leurs peines ont été réduites d’un an.

L’annonce du verdict comme un couperet. Jusqu’au bout, le procès en appel de l’incendie de la route de Vienne aura été douloureux pour les familles des victimes.

Après sept jours d’audience devant la Cour d’Appel de Bourg en Bresse, Zouhaier B et Zouhir H. ont été condamnés respectivement à 18 ans et 16 ans de réclusion criminelle ce vendredi 5 avril. Ils avaient été condamnés à 19 et 17 ans en première instance lors du procès qui s'était tenu en février 2023. 

Les deux cousins, associés, comparaissaient pour destruction par moyen dangereux ayant entraîné la mort et tentative d’escroquerie à l’assurance. Le 9 février 2019 au soir, l’explosion de leur boulangerie au 125 route de Vienne provoque un violent incendie qui se propage rapidement aux étages supérieurs. Au premier étage, Clara Mocquot, enceinte de huit mois, et sa fille Anna, quatre ans, sont prises au piège des flammes. Seul le père de famille, Julien D’Antonio, parvient à survivre au drame en se jetant par la fenêtre.

Rapidement, la piste criminelle est envisagée : Zouhaier B et Zouhir H, qui croulent sous les dettes, auraient orchestré l'incendie de leur boulangerie afin d’escroquer leur assurance. Pour ce faire, ils auraient fait appel à un troisième individu, Adel B, qui a fui le lendemain du crime en Tunisie. Ce dernier, condamné dans son pays, a écopé de 22 ans de prison devant les Assises de Bourg en Bresse ce 5 avril.

"La défense s’est acharnée à créer ce doute dans la tête des jurés"

Lors de cette dernière journée d’audience, les deux associés ont essayé tant bien que mal d’obtenir une peine plus clémente qu’en première instance. “Je suis innocent, innocent !” a insisté Zhouair B, tremblant d’émotion à la barre. “Je suis triste pour la famille mais je suis non coupable” a renchéri Zouhir H.

Les avocats des accusés avaient plaidé l’acquittement. “Les débats ont démontré qu’il n’existait aucune preuve sur la culpabilité de celui-ci d’avoir été le complice de ce crime innommable” déclarait Maitre Katia Gabriel, avocate de l’accusé Zouhaier Balbali, quelques heures avant l’annonce du verdict.

Mais cela n’a pas convaincu les proches de Clara et Anna, persuadés qu’elles sont les victimes d’une sordide tentative d’escroquerie à l’assurance. “La défense s’est acharnée à créer ce doute dans la tête des jurés mais je pense que dans le secret du délibéré, ils vont revenir au dossier, revenir aux multiples preuves matérielles qui vont l’emporter” avait déclaré confiant, Maitre Guillaume Baulieux, l'avocat du père d’Anna et compagnon de Clara.