Une femelle lynx abattue dans l'Ain : "un acte de braconnage odieux et inacceptable" selon une association qui lance un appel à témoin

Un appel à témoin vient d’être lancé à Torcieu dans le cadre d’une enquête en cours pour destruction d’espèce protégée. Une femelle lynx surnommée "Plume" a été abattue entre le 30 et le 31 janvier dernier. Pour une association de défense de la faune sauvage, ce lynx a été victime d'un "acte de braconnage odieux et inacceptable". Plume avait deux petits qui n'ont jamais été retrouvés.

"Plume a été tuée par un tir réalisé avec une arme de chasse. Au niveau du cœur, il y avait un trou très important. Elle a été visée alors qu'elle était statique dans le pré. Elle a été abattue sur place, c'est clairement une exécution". Frédéric Quillévéré, membre de l'APACEFS, association de protection de la faune sauvage, ne décolère pas. Le lynx, seul grand félin sauvage présent en France, est pourtant une espèce menacée et strictement protégée.

La dépouille de cette jeune femelle lynx a été découverte l'hiver dernier, par un père et son fils, dans un champ de la commune de Torcieu, près d’Ambérieu-en-Bugey.

Une balle dans le cœur

Plume a été abattue entre le 30 et le 31 janvier, voilà plus de cinq mois. L'APACEFS vient seulement de lancer un appel à témoin sur les réseaux sociaux et de publier une photographie de l'animal sans vie. Si elle a gardé le silence jusqu'à présent, c'était pour laisser du temps aux enquêteurs de mener à bien les investigations. Une enquête judiciaire a effectivement été ouverte par le parquet de Bourg-en-Bresse, mais elle n’a rien donné. Les habitants du village ont été entendus. L'association a donc décidé de médiatiser l'affaire pour tenter de découvrir l'auteur de cette mise à mort.

durée de la vidéo : 00h02mn08s
Un appel à témoin lancé après la mort d'un lynx, tué par balle ©France TV

"Exécutée alors qu’elle était assise au milieu d’un pré, à quelques dizaines de mètres du hameau de Mont de l’Ange (commune de Torcieu), au bord de la route montant à Cleyzieu. "Plume " est morte d’une balle de gros calibre dans le cœur", explique l'APACEFS sur sa page Facebook. "La mort a été immédiate dans ce pré de Mont de l’Ange", assure l'association. Celle-ci réfute l'hypothèse d'un accident ou d'une maladresse. "Il ne s’agit pas d’un tir accidentel, mais d’un acte de braconnage par tir ciblé, une exécution", soutient l'association.

L'association APACEFS invite toute personne qui aurait été témoin de cet "acte illégal" de braconnage à contacter l'inspecteur de l’environnement en charge de l’enquête à l’Office Français de la Biodiversité (OFB). Les membres de cette association de protection de la faune sauvage s'étonnent d'ailleurs que le cadavre de l'animal ait été retrouvé. D'ordinaire, les braconniers qui redoutent de lourdes sanctions les font disparaître.

Deux petits lynx introuvables

Cette jeune lynx femelle était suivie dans le cadre du Plan national d’action. Enregistrée dans la base nationale du suivi de l'espèce sous l'appellation F01_073, elle avait été baptisée Plume par les membres de l'association. Son petit gabarit de 14 kg lui avait valu ce sobriquet. Elle était âgée de moins de quatre ans.

"Plume arrivée dans le département de l'Ain fin 2021. Cette jeune lynx était à la recherche d'un territoire. Elle a trouvé un espace d'environ 150 à 180 km². À plusieurs reprises, nous l'avons prise sur nos pièges photos. Des pièges autorisés dans le cadre du plan national d'action", explique Taïeb Messousse, également membre de l'association. Grâce à ce plan, les lynx sont référencés. Plume faisait d'ailleurs partie d'un programme de recherches et de suivi des femelles. L'animal est discret.
Elle avait donné naissance à trois petits en 2023, repérés par les pièges photos à l'automne. Deux avaient survécu jusqu'à la mort de Plume.
Les membres de l'association se sont très vite mis à la recherche de sa progéniture. Ces bébés lynx âgés de 6 à 7 mois étaient encore très vulnérables, incapables de se nourrir seuls. Les efforts de l'association sont restés vains.

"On a très longtemps cherché. On a mis des dispositifs en place, des pièges photos, de la caméra thermique (...) On n'arrive pas à estimer l'endroit où les deux jeunes étaient postés. On a mis un coup d'arrêt à trois vies. La vie d'une femelle lynx et on a tué deux jeunes lynx", déplore Taïeb Messousse.

Espèce "en danger" et protégée

Le lynx avait disparu du territoire métropolitain entre le 17ᵉ et le début du 20ᵉ siècle, il a fait son grand retour dans les massifs des Vosges, du Jura et des Alpes dans les années 1970 grâce à des campagnes de réintroduction et à une recolonisation naturelle depuis la Suisse. Le plus grand félin d’Europe, qui fait l’objet d’une protection internationale, est classé « en danger » par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN). Outre le braconnage, le lynx est également menacé par des risques de collisions avec les véhicules ou encore la fragmentation de son habitat naturel. Le Lynx vit dans des espaces boisés, des zones forestières.  L'association APACEFS défend l’idée d’une cohabitation raisonnée entre la faune sauvage et les élevages de l’Ain.

Environ 50 lynx sont recensés dans le département de l’Ain. Soit un tiers de la population du félin en France. L'auteur de cet acte de braconnage d'une espèce protégée risque jusqu'à 150 000 euros d'amende et trois ans de prison.

L'actualité "Nature" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Auvergne-Rhône-Alpes
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité