Des fissures dans la falaise surplombant le lac de Nantua qui rappellent l'histoire de "la Colonne"

Publié le Mis à jour le

Dans l'Ain, le lac de Nantua dominé par des falaises aux parois abruptes. Une impressionnante partie de la falaise, fissurée, semble menacer de s'effondrer. Explications.

Dans le Haut-Bugey, une falaise calcaire qui surplombe la ville de Nantua et son lac est légendaire. Cette falaise s'étale sur plus de 5 km le long de la route départementale 1084 qui conduit à l'entrée de Nantua. Son relief est impressionnant. Un promeneur a récemment un inquiétant cliché montrant des fissures dans la roche. Réaction rapide de la ville qui a posté sur son compte Facebook les photos. "La falaise bouge", indique la ville dans la légende. Mais la municipalité se veut rassurante pour couper court à toute spéculation. "La mairie a saisi les services de l'état pour une mission d'inspection et de vérification," précise le post.

"C'est le CEREMA qui fait très régulièrement des mesures extensométriques pour vérifier les mouvements de la paroi," explique le responsable des services généraux de Nantua joint par téléphone ce matin. Et c'est le CEREMA qui sera chargé prochainement de faire cette vérification. Mais rien n'indique que le phénomène géologique est récent. "Mais la fissure relevée par le promeneur était peut-être là depuis quelques temps déjà," selon le directeur général des services.  

Ces analyses et inspections par drones sont co-financées par l'Etat, l'agglomération et la ville de Nantua. Après les dernières inondations, en juin 2021, la ville de Nantua a fait revenir les services de l'Etat pour une vérification d'éventuels mouvements de terrain qui auraient pu fragiliser la barre rocheuse. Négatif selon les conclusions du diagnostic. "Tout le long de la départementale, il y a un merlon de protection," ajoute M.Millet

Il était une fois... la Colonne de Nantua 

Impossible de ne pas évoquer la fameuse "Colonne de Nantua". Jusqu'en août 1973, un monolithe de 12 000 tonnes de roches menaçait la ville de Nantua située en contrebas.  

Le monolithe légèrement incliné vers l'ouest et reposait en équilibre sur sa base. Après une étude du Bureau de Recherches Géologiques et Minières, conduite au début de l'année 1973, sa destruction avait été décidée par la municipalité. La masse rocheuse bougeait dangereusement. La Nature a été plus rapide que l'Homme. Elle a pris de vitesse les artificiers qui se relayaient pour multiplier les forages destinés à recevoir les explosifs.

"La colonne aurait dû être dynamitée mais elle s'est effondrée avant," précise M.Millet. Dans la nuit du 8 au 9 août 1973. Près d'un mois avant la date prévue du 4 septembre. 

Un petit film super 8 réalisé montre l'effondrement du bloc avait été tourné par des vacanciers, hébergés au camping de Nantua situé sur la rive opposée du lac. Les autorités n'avaient pas été surprises par le phénomène : un plan d'alerte avait été mis en place et les habitants résidant dans le périmètre menacé évacués sans panique. 

Après sa destruction en 1973, des vestiges de la Colonne, deux énormes blocs de roche, sont exposés au bord du lac.

Tout un symbole

Le 11 novembre 1918, des habitants avaient installé un drapeau tricolore sur la Colonne pour marquer la Victoire. Un drapeau qui n'a cessé de flotter au vent, même pendant l'Occupation.

Mais c'est un autre exploit qui va faire parler de la Colonne pendant de longues années. Une légende disait qu'elle ne pouvait s'effondrer car elle était retenue à la falaise par des chaînes. Le rocher faisait même la fierté des habitants. Dans les années 20, certains habitants facétieux étaient allés "authentifier" la légende. Ils avaient escaladé les pentes. Lors de cette équipée, ils avaient emporté avec eux des cercles de tonneaux, récupérés chez un marchand de vin. Ils avaient pris des risques pour amarrer le monolithe de pierre à la falaise, à l'aide d'une chaîne d’une trentaine de mètres confectionnée grâce aux cercles de tonneaux. Au fil du temps, la chaîne s'est érodée. Les derniers fragments ont été emportés par la chute de la colonne.