Izieu : 77 ans après la rafle, 75 ans après la première journée du souvenir

Ce 6 avril est une nouvelle journée du souvenir à Izieu, dans l'Ain. En raison du confinement, les cérémonies d'hommage aux 44 enfants raflés en 1944 sont limitées. Mais le Mémorial a aussi souhaité célébrer les 75 ans de la première commémoration. Dès 1946 en effet, les gens d'Izieu étaient là. 

Elus, personnalités de la région et membres de la maison d'Izieu étaient présent pour rendre hommage aux 51 déportés.
Elus, personnalités de la région et membres de la maison d'Izieu étaient présent pour rendre hommage aux 51 déportés. © O. Michel / FTV

51 roses blanches déposées devant la Maison d'Izieu. C'est une tradition, chaque début avril. Le nombre évoque les 44 enfants juifs et leurs 7 accompagnateurs déportés il y a 77 ans

Le 6 avril 1944, les enfants s'apprêtaient à prendre le petit déjeuner quand les hommes de la Gestapo firent irruption. En quelques minutes, la colonie de vacances était vidée. Alors que le convoi quittait Izieu, des habitants disent avoir entendu les enfants chanter "vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine". 42 petits et cinq adultes furent assassinés à Auschwitz-Birkenau. Les autres, des adolescents, et Miron Zlatin, directeur de la maison d'Izieu, furent fusillés en Estonie. La seule survivante de cette rafle fut Léa Feldblum, une éducatrice.

Ce mardi 6 avril 2021 est donc commémoré ce crime, mais on se souvient aussi d'un autre événement, lié au devoir de mémoire : le 75e anniversaire de la première journée de souvenir.

Le 7 avril 1946, 3.000 personnes étaient rassemblées devant la Maison d'Izieu et à Brégnier-Cordon, dans l'Ain. Une mobilisation exceptionnelle pour l'époque, afin de rendre hommage, pour la première, aux déportés juifs.

durée de la vidéo: 04 min 30
Izieu : Commémoration 6 avril 2021

Collecter la mémoire

Le Mémorial d'Izieu a profité de ce temps fort pour inaugurer l'exposition "Une grande et émouvante journée du souvenir". Elle a pu voir le jour après l'appel aux dons lancé l'an dernier. Lettres, documents et photos sont alors sortis des tiroirs et des greniers. 

La direction du Mémorial avait eu l'idée de cette grande collecte après avoir reçu un don de la famille de Marie-Antoinette Cojean, ancienne secrétaire du sous-préfet de Belley, Pierre-Marcel Wiltzer qui avait contribué à trouver un refuge aux enfants juifs. Il s'agissait de photos prises lors de la première commémoration de la rafle, le 7 avril 1946.

Dans la foule, une caméra se faisait remarquer. C'est ainsi que l'équipe du Mémorial a eu l'idée de contacter Pathé Gaumont Archives. Un reportage d'une trentaine de secondes "dormait" depuis près de 75 ans dans les archives de l'ancienne société d'actualités cinématographiques.

Une exposition à découvrir dès la réouverture du Mémorial

"Nous sommes très fiers d'avoir contribué à réveiller le souvenir de cette journée, explique le directeur du Mémorial, Dominique Vidaud. On espère que cette exposition servira de leçon d’instruction civique et morale pour les prochaines générations."

En raison de la pandémie, l'exposition inaugurée n'est pas accessible pendant le temps du confinement. Dès la fin des restrictions, le public pourra la découvrir dans le parc de la Maison des enfants d'Izieu jusqu'en septembre. Elle sera ensuite mise à disposition des établissements scolaires qui le souhaitent.

En vidéo, les témoignages de 3 habitants d'Izieu aujourd'hui. Comment vivent-ils avec le souvenir ? 

Izieu : Vivre avec le souvenir de la rafle

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
histoire culture seconde guerre mondiale hommage société