Allier : à 26 ans, Nicolas Brien éjecte Jean Mallot de la tête du Parti Socialiste

A 26 ans (photographié ici en 2012), Nicolas Brien est devenu le premier secrétaire fédéral du Parti Socialiste de l'Allier, le 11 juin 2015 en battant dès le premier tour Jean Mallot. / © MaxPPP
A 26 ans (photographié ici en 2012), Nicolas Brien est devenu le premier secrétaire fédéral du Parti Socialiste de l'Allier, le 11 juin 2015 en battant dès le premier tour Jean Mallot. / © MaxPPP

Jeudi soir, dans l'Allier, l'élection du premier secrétaire fédéral du Parti Socialiste a donné lieu à une surprise. Jean Mallot, qui occupait le poste depuis 22 ans, a été battu dès le premier tour par Nicolas Brien, 26 ans.

Par Stéphane Moccozet

"C'est une surprise pour tout le monde car Jean était aux manettes depuis 22 ans, il paraissait indéboulonnable", s'étonne encore vendredi Nicolas Brien, au lendemain de son élection à la tête du Parti Socialiste de l'Allier. A 26 ans, le jeune homme a été élu dès le premier tour au poste de premier secrétaire fédéral. Le suppléant du député Bernard Lesterlin, le plus jeune suppléant de l'Assemblée Nationale, a recueilli 188 voix sur les 376 exprimées, soit 50,00%. C'est le retrait de Jean Mallot, "dans un esprit de rassemblement", qui a coupé court à l'organisation d'un second tour. Le premier secrétaire sortant est arrivé en deuxième position avec 25,27 % des voix, et pris acte du succès de son jeune adversaire.

Cette victoire, Nicolas Brien l'analyse comme "une profonde volonté des militants socialistes de changer le PS, de revoir son fonctionnement". Pour le nouvel homme fort de la formation socialiste, il est nécessaire que, dans l'Allier, le parti "ne soit pas juste une machine à distribuer les investitures mais qu'ils proposent de nouvelles idées". Celui qui reconnaît avoir "ressenti un petit poids sur les épaules" à l'énoncé des résultats, succédant ainsi à des personnages tels que "Marx Dormoy ou François Colcombet", s'est déjà mis au travail et va présenter un agenda des 100 jours. Une de ses priorités sera de "rendre le PS accessible à tous les gens de gauche".

Les élections régionales en ligne de mire

Se définissant lui-même comme un "ayatollah du non-cumul des mandats", Nicolas Brien avait, par ailleurs, soutenu la motion D lors du récent congrès du Parti Socialiste à Poitiers. Son succès dans la conquête du poste du premier fédéral dans l'Allier est d'autant plus significative que c'est la motion A, soutenue par Jean Mallot, qui avait récemment été plébiscitée par les militants bourbonnais. Si on peut voir dans sa défaite une surprise, le président du groupe socialiste au Conseil Régional tempère en rappelant que, fin mai, la liste qu'il a présentée à ces mêmes militants et qu'il souhaitait voir représenter l'Allier aux prochaines élections régionales a été battue de 18 voix par la liste emmenée par Jean-Michel Guerre. Une liste alternative sur laquelle Nicolas Brien apparaît en troisième position. "C'est la poursuite de cette dynamique", confie le désormais ex patron du PS dans le département.

Les élections régionales, c'est justement le premier défi qui attend le tout nouveau premier secrétaire fédéral. Une échéance électorale que cet économiste et statisticien de formation ne prend pas à la légère. "C'est la répétition générale de la Présidentielle", explique-t-il, "on aura Wauquiez en face de nous, c'est Sarkozy avec 20 ans de moins". Ce combat approche à grand pas et une des missions du jeune responsable politique sera de mettre ses troupes en ordre de bataille. Il l'admet volontiers, "les socialistes de l'Allier ne sont pas prêts". Quant à Jean Mallot, il observera tout cela à distance, prêt à bondir. Sa défaite, jeudi, "n'aura aucune conséquence sur son [mon] implication dans la vie politique", prévient-il, "je ne suis pas retraité".


Un nouveau secrétaire fédéral dans le Puy-de-Dôme également

Pierre Danel a été élu jeudi soir premier secrétaire fédéral du Parti socialiste dans le Puy-de-Dôme. Il succède à Alexandre Pourchon, qui n'était pas candidat. 
Quant à Philippe Dubourg et André Chapaveire, ils restent patrons des fédérations PS du Cantal et de Haute-Loire.

Sur le même sujet

Saint-Etienne : Gaël Perdriau brigue un deuxième mandat de maire

Les + Lus