• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Allier : 60 chiens sauvés par une association de défense des animaux

Une soixantaine de chiens a été sauvée à Couleuvre, dans l’Allier, après le décès de leur éleveuse jeudi 7 mars. En moins de 24 heures, quatre refuges ont répondu à l’appel de la Confédération nationale défense de l’animal. / © Confédération nationale défense de l'animal
Une soixantaine de chiens a été sauvée à Couleuvre, dans l’Allier, après le décès de leur éleveuse jeudi 7 mars. En moins de 24 heures, quatre refuges ont répondu à l’appel de la Confédération nationale défense de l’animal. / © Confédération nationale défense de l'animal

Une histoire qui se termine plutôt bien. Une soixantaine de chiens a été sauvée à Couleuvre, dans l’Allier, après le décès de leur éleveuse jeudi 7 mars. En moins de 24 heures, quatre refuges ont répondu à l’appel de la Confédération nationale défense de l’animal.
 

Par Aurélie Albert

Le jeudi 7 mars, le corps d'une éleveuse est retrouvé par les gendarmes dans son élevage à Couleuvre, dans l’Allier. Dès le vendredi, la Confédération nationale défense de l’animal est contactée par le maire de la commune : il faut trouver des refuges pour la soixantaine de chiens présente dans l’élevage. 
 
En tout ce sont 38 chiens et 20 chiots berger allemand, cocker et setter gordon qui ont dû être placés en urgence. / © Confédération nationale défense de l’animal
En tout ce sont 38 chiens et 20 chiots berger allemand, cocker et setter gordon qui ont dû être placés en urgence. / © Confédération nationale défense de l’animal


« On a pu contacter la famille de la défunte, ils ont accepté de laisser les animaux pour que nous puissions les mettre dans des refuges », raconte Florian Sigronde, ingénieur chargé de mission à la Confédération nationale de défense de l’animal.

En tout, ce sont 38 chiens et 20 chiots berger allemand, cocker et setter gordon qui ont dû être placés en urgence. « Il fallait aussi leur donner des soins d’urgence : on les a alimentés et on leur a donné à boire. Mais il n’y avait pas de maltraitance des animaux », continue Florian Sigronde. La Confédération nationale de défense de l’animal fait alors appel à son réseau de refuges de proximité. 
 

 

Les chiens seront stérilisés et proposés à l'adoption

La SPA de Montceau les Mines, Les Amis des Bêtes à Autun, la DPA Refuge de Thiernay et la SPA de Lusigny ont immédiatement répondu présents. Moins de 24 heures après les quelques 60 chiens, dont certains étaient très affaiblis, ont pu être placés. « Ce n’est pas souvent que nous intervenons dans les élevages, mais de manière générale par contre le nombre d’affaires de maltraitance a vraiment augmenté », ajoute l’ingénieur chargé de mission pour la confédération.
 

Les chiens doivent être stérilisés et proposés à l’adoption dans les prochains jours dans l’un des trois refuges : la SPA de Montceau les Mines, Les Amis des Bêtes à Autun, la DPA Refuge de Thiernay.
 

Sur le même sujet

Dimanche en Politique, l'Europe un booster pour l'Auvergne

Les + Lus