Comment des chênes de l’Allier vont servir à la reconstruction de la charpente de Notre-Dame de Paris

La reconstruction de la charpente de Notre-Dame de Paris va nécessiter plus de 1 300 chênes. Dans toute la France, les propriétaires forestiers se mobilisent. Dans l’Allier, des arbres ont déjà été sélectionnés.

Les forêts privées de l'Allier vont fournir une trentaine de chênes pour la charpente de Notre-Dame de Paris.
Les forêts privées de l'Allier vont fournir une trentaine de chênes pour la charpente de Notre-Dame de Paris. © Stéphanie Vinot / FTV

Le 15 avril 2019, un incendie ravageait la cathédrale Notre-Dame de Paris. Deux ans après, l'heure est à la reconstruction.


Partout en France, des propriétaires forestiers se mobilisent pour faire don de chênes qui permettront de reconstruire la charpente de l'édifice religieux. C'est ainsi le cas dans l'Allier. Les arbres sont identifiés par les lettres « ND » comme Notre-Dame. Ce chêne de 150 ans en forêt de Jaligny-sur-Besbre, dans l’Allier, a reçu la marque des élus. Il n'est pas très haut  mais il a une bonne rondeur et bien d'autres qualités. André Chignac, scieur, explique : « Ce chêne a été choisi car il a une rectitude de fil. On voit bien, quand on regarde l’écorce, qu’il a cette qualité. Toute pièce de charpente pour la cathédrale de Notre-Dame, qui est prévue pour être installée et perdurer des siècles et des siècles, doit être choisie. Le critère principal est la rectitude ».

Une course contre-la-montre se joue actuellement

Philippe Veyret, directeur de l'agence Unisylva nord Auvergne-Bourbonnais chargé de la sélection des bois, indique : « Depuis un mois, c’est le branle-bas de combat. Il a fallu identifier les besoins en chêne. Un cahier des charges a été défini. On a identifié 1 324 chênes à abattre au niveau national, répartis dans différentes classes de grosseur et de longueur, en fonction des pièces de charpente. On a contacté les propriétaires qui souhaitent faire un don. La sélection vient de commencer. Les bois sont exploités avant la montée de la sève pour qu’ils se conservent le mieux possible. Il faut que les chênes soient prêts pour la fin août. Une course contre-la-montre se joue actuellement ».

C’est émotionnel et sentimental

Cette forêt de Jaligny-sur-Besbre appartient à la famille de Xavier de Montlaur depuis 300 ans. Il fait partie des nombreux propriétaires forestiers, volontaires pour donner des chênes pour Notre-Dame. Il va en choisir 3 : un don comme une évidence. Xavier de Montlaur, propriétaire forestier, raconte : « La charpente de Notre-Dame est une très belle charpente, en chêne. On s’est dit qu’il faut reconstruire la cathédrale comme elle était. Notre-Dame c’est Notre Dame. Si on peut favoriser et faire en sorte que ça aille un peu plus vite pour que ça se fasse, on va participer. C’est émotionnel et sentimental ».
 

Xavier de Montlaur, propriétaire forestier, va faire un don de 3 chênes.
Xavier de Montlaur, propriétaire forestier, va faire un don de 3 chênes. © Stéphanie Vinot / FTV

Une coupe imminente

La sélection de l'ensemble des arbres est en cours, la coupe est imminente. Une importante logistique doit être mise en place. Les propriétaires espèrent emmener avec eux toute la filière forestière. Jean-Jacques Miyx, président du syndicat des propriétaires forestiers Fransylva 03, indique : « Le problème des entreprises de travaux forestiers est qu’il y a 3 chênes à un endroit, 3 chênes à un autre endroit. De plus, un grumier est un gros camion, donc il va falloir qu’on organise des tournées. Je pense que la mobilisation des propriétaires forestiers privés va déclencher tout le reste. On n’a pas de problème pour trouver des scieurs, qui, bénévolement, vont faire le sciage des grumes ». Les forêts privées de l'Allier vont fournir une trentaine de chênes pour Notre-Dame.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
nature notre-dame de paris culture patrimoine solidarité société