Dans l’Allier, un deuxième koudou a fait son arrivée au parc animalier du Pal

Le parc animalier du Pal, dans l’Allier, a accueilli jeudi 23 décembre un nouveau résident. Il s'agit d'un koudou, une antilope d'Afrique de l'Est. Sa particularité : ses immenses cornes. Cet animal majestueux est en danger, il est inscrit dans un programme de conservation des espèces.

A peine sorti de son camion, il a fait une arrivée fracassante au Pal, le parc animalier de Dompierre-sur-Besbre, dans l’Allier. Le grand koudou, arrivé de Loire-Atlanique, va pouvoir rejoindre son congénère Bookaboo, qui est là depuis 2017, une fois qu’il se sera remis de son voyage. Nicolas Geli, responsable zoologique du Pal, explique : « Le but est tout simplement que pendant deux trois jours dans le bâtiment, il reste à côté de l’autre et qu’il s’acclimate à nos installations, à nos manipulations, comme les nettoyages, afin qu’il soit vraiment tranquille. Petit à petit, si ça se passe bien, on va lui faire découvrir un petit peu plus l’extérieur. On va essayer de les mettre en contact le plus rapidement possible tous les deux pour voir si ça se passe bien ».

Une espèce vulnérable

Contrairement aux girafes ou aux rhinocéros, le grand koudou n’est pas menacé à court terme. Mais dans son berceau de l’Afrique de l’Est et du Sud, il subit la chasse pour ses belles cornes, le réchauffement climatique et la déforestation. Il est donc vulnérable, d’où ce programme de conservation, avec pour l’instant, ces deux mâles. Thomas Heyraud, chef d'équipe du secteur herbivore, souligne : « Dans le cadre de ce programme de conservation, il est utile d’avoir des structures qui vont reproduire des espèces. Mais il est tout aussi utile d’avoir des structures qui hébergent des groupes de mâles, de bachelors, de futurs reproducteurs ou de groupes de femelles ».

durée de la vidéo : 00h01mn26s
Le parc animalier du Pal, dans l’Allier, a accueilli jeudi 23 décembre un nouveau résident. Il s'agit d'un koudou, une antilope d'Afrique de l'Est. Sa particularité : ses immenses cornes. Cet animal majestueux est en danger, il est inscrit dans un programme de conservation des espèces. Intervenants : Nicolas Geli, responsable zoologique du Pal / Thomas Heyraud, chef d'équipe du secteur herbivore ©F. Gandilhon / C. Fallas / P. Raclet


Comme pour les autres espèces concernées par des programmes de conservation, le Pal travaille aussi via sa fondation, avec des associations locales sur le terrain, pour que ces animaux retrouvent aussi leur place dans leur milieu d’origine.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité