Justice : les assises de l’Allier se tiendront exceptionnellement à Montluçon

A cause de l’épidémie de coronavirus COVID 19, le tribunal de Montluçon accueillera la prochaine session d’assises de l'Allier du 22 juin au 3 juillet. Il a été préféré au tribunal de Moulins, jugé inadapté à l'accueil du public en raison de l'épidémie de coronavirus.
 
C'est le tribunal de Montluçon dans l'Allier qui accueillera la prochaine session d'assises de l'Allier, fin juin.
C'est le tribunal de Montluçon dans l'Allier qui accueillera la prochaine session d'assises de l'Allier, fin juin. © Stéphanie Vinot / FTV
La cour d’assises de l’Allier siège habituellement à Moulins. Pour la prochaine session, du 22 juin au 3 juillet, le tribunal de Montluçon lui a été préféré, en raison de l’épidémie de coronavirus. Maître Nicolas Sabatini, bâtonnier de l’ordre des avocats de Montluçon, explique : « L’information a été communiquée par les chefs de cour, le premier président et le procureur général. La raison invoquée est que, en raison de la crise sanitaire, les locaux de Montluçon sont plus adaptés que Moulins pour l’accueil du public et des jurés ».

Une salle des jurés rénovée

En effet, des travaux réalisés en 2018 ont permis de rénover la salle des jurés, ce qui a compté dans la délocalisation des assises. Le bâtonnier de Montluçon ajoute : « On y est pour rien dans cette délocalisation. Nous avocats, ne sommes pas mécontents, ça va apporter de l’activité à Montluçon ». Du 22 juin au 3 juillet, pas moins de quatre affaires seront examinées par la cour d’assises, notamment une tentative de meurtre et deux viols.

Une reprise d'activité au tribunal

Depuis le début du déconfinement, l’activité judiciaire a repris au palais de justice de Montluçon. Le port du masque est obligatoire dans l’enceinte du tribunal, un fléchage au sol a été signalé et la distanciation sociale est la règle entre avocats et clients. De plus, l’accès au bureau de greffe est encore interdit et les dépôts de dossiers sont favorisés plutôt que des plaidoiries.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société covid-19 santé