Cet article date de plus de 4 ans

Direction le meeting de François Fillon pour un bus de Montluçon

Le rendez-vous était fixé à 15h place du Trocadéro à Paris. Entre 40 000 et 45 000 personnes étaient présents pour soutenir leur candidat François Fillon. Malgré les défections dans l’Allier, certains ont voulu faire le déplacement.
durée de la vidéo: 01 min 32
Un bus de Montluçon affrété pour Paris
Initialement présenté comme une manifestation contre les juges, le rassemblement s’est transformé en meeting de soutien.
Et pour cause : la liste d’abandon du navire s’allonge. Déjà vendredi, dans l’Allier, Daniel Dugléry (maire de Montluçon) et Claude Malhuret (sénateur maire de Vichy) ont pris leur distance avec leur candidat. Ami de longue date avec François Fillon, Daniel Dugléry lui a demandé se retirer de la campagne.
Pourtant, en meeting samedi après-midi, à Aubervilliers, François Fillon persiste. Malgré la menace de mise en examen et la tempête attendue ce dimanche après-midi sur la région parisienne, il invite ses sympathisants à ne pas quitter le navire.

Est-ce que la base va suivre ? 

Ils étaient une trentaine ce dimanche matin à partir de Montluçon en bus, toujours aussi convaincus. « Nous pensons à Monsieur Fillon et même si on nous annonce de la grêle, on sera là. On sera tous là », explique déterminée une militante.

La journée sera décisive pour l’ancien premier ministre empêtré dans l’affaire des emplois soupçonnés fictifs de sa famille. Le parti des Républicains a décidé d’avancer la convocation de son comité politique à lundi afin d’évaluer la situation.
Alors ce rassemblement est essentiel. « Ce n’est pas un voyage comme un autre. Il faut qu’on lui montre que l’on a confiance. Le comité des Républicains va prendre une décision. Est-ce que la base va suivre ? C’est la seule question qu’ils aient à se poser », insiste une autre militante.

Sans oublier les législatives qui approchent, les militants voient les choses différemment.
« Les lâcheurs vont prendre des coups de crayon, c’est fatal. On se sent trahi. On nous a demandé notre avis et aujourd’hui on veut s’assoir dessus, on est trahi », continue la militante.

Selon les premiers chiffres entre 40 000 et 45 000 personnes étaient présents sur la place du Trocadéro
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique françois fillon polémique société élection présidentielle élections