L’hélicoptère loué par la région Auvergne-Rhône-Alpes sera basé dans l’Allier

Cet été l'Auvergne comptera trois hélicoptères de secours : le Dragon 63, l’héli-SMUR et un autre appareil loué par la région Auvergne-Rhône-Alpes. Ce dernier sera basé à Montluçon, dans l’Allier, pour limiter les tensions dans les urgences des hôpitaux.

Ce ne sera pas un, ni deux, mais trois hélicoptères qui survoleront les départements auvergnats cet été. Le Dragon 63, l’Héli-SMUR et un autre hélicoptère de secours loué par la région. Le président Les Républicains du Conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, avait pris cette décision alors que le dragon 63 devait encore partir à Mende, dans le département de la Lozère.
Ce ne sera pas un, ni deux, mais trois hélicoptères qui survoleront les départements auvergnats cet été. Le Dragon 63, l’Héli-SMUR et un autre hélicoptère de secours loué par la région. Le président Les Républicains du Conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, avait pris cette décision alors que le dragon 63 devait encore partir à Mende, dans le département de la Lozère. © P. FELIX / FTV
Ce ne sera pas un, ni deux, mais trois hélicoptères qui survoleront les départements auvergnats cet été. Le Dragon 63, l’Héli-SMUR et un autre hélicoptère de secours loué par la région. Le président Les Républicains du Conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, avait pris cette décision alors que le dragon 63 devait encore partir à Mende, dans le département de la Lozère. Finalement le Dragon 63 reste en Auvergne, et l’hélicoptère loué également. Dans un communiqué de presse, la Région et le Conseil départemental de l’Allier ont annoncé que le nouvel hélicoptère sera basé à Montluçon, dans l’Allier. 
 

Limiter les tensions dans les services des urgences des hôpitaux de l'Allier

« C’est une excellente chose pour le département alors que nous avons deux problématiques majeures, explique Claude Riboulet, président UDI du département de l’Allier. Il y a, d’abord, une tension récurrente dans le service des urgences des trois hôpitaux. Nous avons 22 urgentistes alors qu’il en faudrait 60. Et l’autre problématique reste toujours la RCEA qui est en travaux. Avec l’afflux de touristes pendant l’été, les risques d’accidents sont plus importants »
Rapidité d’intervention, désengorgement des services d’urgence sur le département, et plus de fluidité dans le secours à personne, ce nouvel hélicoptère rassure le président du conseil départemental de l’Allier. « Le Dragon 63 et l’Héli-SMUR pourront également être utilisés. Par exemple, la semaine dernière deux adolescents se sont percutés à moto. L’un d’entre eux avait une fracture assez importante. Le Dragon 63 est intervenu et a emmené l’adolescent au CHU de Clermont-Ferrand »
   

Une location à 300 000 euros 

Le budget de location pour ce nouvel hélicoptère de secours atteint les 300 000 euros jusqu’au 31 août. Le Conseil départemental de l’Allier a voté à l’unanimité une enveloppe de 75 000 euros pour aider à la location de l’hélicoptère. 
Si l’Héli-SMUR a la particularité d’être utilisé pour le transfert de patients et notamment en cas de problème néo-natal, le nouvel hélicoptère de secours partage certaines caractéristiques du Dragon 63. Il peut réaliser des transferts, mais il sera également équipé d’un treuil. Avec cet appareil, quatre pilotes, deux mécaniciens treuillistes et une personne pour la maintenance seront affectés. 
 
Pour le président LR de la région Auvergne-Rhône-Alpes, « c’est un soulagement »« Le département de l’Allier était l’un des plus à risque cet été avec la tension dans le service des urgences des hôpitaux, explique Laurent Wauquiez. On va améliorer la couverture santé du territoire. On aurait pu être dans le négatif et finalement, on sera dans le positif »
 

Un tweet qui a mis le feu aux poudres

Car au départ, le feuilleton a commencé avec le Dragon 63 qui devait partir pour Mende, en Lozère, pour la saison estivale. Les départements auvergnats n’auraient alors eu qu’un seul hélicoptère, celui du SMUR, spécialisé dans le transfert de patients. 
C’est un tweet de la préfète de Lozère qui a mis le feu aux poudres. Le mercredi 24 juin, la préfète annonçait que l’hélicoptère de la sécurité civile Dragon 63 allait passer tour l’été à Mende. La préfète écrivait : « La préfète Valérie Hatsch confirme l’arrivée du Dragon 48 le 1ᵉʳ juillet 2020 en Lozère comme l’avait assuré le DGSCGC lors d’un rendez-vous à Paris sur ce dossier. Succès partenarial avec les élus, que la préfète réunira pour travailler au maintien du Dragon 48 à l’année ».
 
Un tweet qui déclenchait la colère de nombreux élus auvergnats. Les présidents des Conseils départementaux de l’Allier, du Puy-de-Dôme et du Cantal s'étaient alors fendus d’un courrier de protestation auprès du ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner. 
   

Levé de bouclier des élus

Face à ce tollé, et afin de tenter d’apaiser les esprits, Christophe Castaner décidait d'envoyer le directeur général de la Sécurité civile et de la gestion des crises, Alain Thirion, vendredi 26 juin, à la préfecture du Puy-de-Dôme, à Clermont-Ferrand. De nombreux élus des départements auvergnats concernés avaient fait le déplacement pour défendre la présence du Dragon 63 sur le territoire auvergnat. Le directeur général expliquait alors la décision prise "Le point de départ, c'est un accident au début du mois de juin. Il fallait trouver une solution. L'hélitreuillage est deux fois moins important sur la zone de la Lozère qu'en Auvergne pendant la période d'été en 2019", commençait Alain Thirion, directeur général de la sécurité civile. "Il y aura cinq hélicoptères qui pourront couvrir les territoires dans un délai de 35 minutes. Et il y aura aussi une utilisation des héli-SMUR. Ça ne concerne que deux mois maximum. Si on trouve une autre solution d'ici là, on écourtera la période". Une décision qui n'avait pas satisfait les élus auvergnats présents en préfecture.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société pompiers polémique sécurité
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter