J’ai testé pour vous : l’école du cirque de Montluçon, dans l’Allier

Du trapèze, des figures au bout d’un morceau de tissu ou encore du jonglage. Vous l’avez deviné, j’ai testé pour vous, cette fois, l’école du cirque. Et je suis allée à Montluçon, dans l'Allier, à Acrobacirque, pour découvrir cette gymnastique ludique.
J'ai testé pour vous les arts du cirque à Acrobacirque à Montluçon dans l'Allier. Un mélange d'arts, d’acrobaties et d'amusement, pour les petits mais aussi les grands.
J'ai testé pour vous les arts du cirque à Acrobacirque à Montluçon dans l'Allier. Un mélange d'arts, d’acrobaties et d'amusement, pour les petits mais aussi les grands. © AA / France 3 Auvergne
Après les fêtes de fin d’année, nous avons presque tous pris cette résolution de se mettre (ou se remettre au sport). Je dis ça parce que moi aussi, je suis dans ce cas-là à chaque nouvelle année. Mais très vite on n’est plus trop motivés. Mais cette année, pour y remédier, j’ai décidé de trouver une activité ludique et sportive ! L’école du cirque. Je vous rassure, il n’y a pas d’animaux sauvages, ni de tartes à la crème. 

Du sport, de l'art et du cirque ! 

Je suis allée à Acrobacirque, à Montluçon, dans l’Allier. L’une des trois écoles de cirque en Auvergne et reconnue par la fédération française des écoles de cirque. 
Après avoir revêtu des habits plus confortables, je rejoins les autres élèves et moniteurs pour l’échauffement. 
 
Il y a Claudine Silliau qui est là, elle a fondé l’école en 1995. C’est elle qui sera ma coach. Elle a fondé cette école après avoir fait de la gymnastique en compétition et en sport étude. À 30 ans, elle s’est lancée dans le cirque. « J’aimais tout ce qui était artistique, le dessin et le théâtre, alors quand j’ai découvert le cirque, c’était mon truc. Je ne suis jamais devenue artiste, mais j’ai tout fait pour apprendre toutes les activités du cirque et les enseigner aux enfants et aux adultes », me raconte Claudine. 
 

Un peu d'échauffement pas comme les autres... 

Et effectivement, le cirque n’est pas seulement ludique, il y a un côté très sportif où on travaille tout le corps. C’est pour ça qu’avant toute chose, il faut faire quelques échauffements. On étire toutes les parties du corps « pour éviter de se faire mal », ajoute Claudine. 
On commence aussi à faire un peu d’équilibre sur un ballon. « Il faut faire des petits pas pour ne pas tomber et pousser avec les talons pour le faire avancer ». Plus facile à dire qu’à faire. Avec l’aide de Claudine et Sébastien, j’essaye d’avancer, mais évidemment, c’est la chute (heureusement qu’il y a des tapis au sol) ! 

Après quelques tentatives d’équilibre, nous passons au tissu aérien. Au début, je pensais que j’allais devoir monter à la corde. Mais non en réalité, il faut enrouler le tissu autour de ses pieds, ses jambes, ses bras, son corps, pour essayer de faire des jolies figures. Pour une première fois, je suis arrivée à faire le grand écart ou mettre la tête en bas. « Après l’avantage, c’est que ça assouplie tout le corps cet exercice », évoque Claudine. Le plus important est de gainer tout le corps quel que soit l’exercice ! 
 
Emilie Magnaval, artiste à l'école du cirque de Montluçon, est une spécialiste du tissu aérien.
Emilie Magnaval, artiste à l'école du cirque de Montluçon, est une spécialiste du tissu aérien. © AA / France 3 Auvergne
 

Un peu de hauteur 

Mais que serait le cirque sans le trapèze ! Alors on reste dans les airs et toujours la tête en bas, je monte sur le trapèze. Idéal pour poser quelques questions à Claudine. Du haut de mes 30 ans, je me demandais si je pouvais, quand même, commencer l’école du cirque « sans devenir artiste, tout le monde peut faire du cirque même seulement en loisirs ». Emilie Magnaval, l’une des monitrices de l’école, est une artiste depuis trois ans justement. C’est-à-dire qu’elle travaille aussi pour des compagnies de cirque. Elle a commencé les arts du cirque depuis quelques années maintenant et a voulu travailler de sa passion. 
 

Les arts du cirque pour un développement personnel

Sébastien Innocent est aussi un moniteur, lui sa spécialité, c’est le mât chinois. Ça ressemble à une barre de pole dance mais avec un revêtement. Là aussi, il faut être agile et gainé ! Il me montre deux ou trois techniques pour monter et descendre. Mais encore une fois, il faut un peu d’entraînement. « C’est très bien les arts du cirque pour le développement personnel, m’explique Sébastien. Quand vous arrivez dans une école de cirque, vous découvrez tout ce qu’on peut faire et après vous voyez ce qui vous parle le plus et celui que vous avez envie de développer »
Pour ma part, je n’ai pas vraiment eu de coup de cœur pour le mât chinois.

J’en profite pour jeter un œil sur le lieu de l’école de cirque. Depuis décembre 2018, Claudine et sa petite troupe ont déménagé dans l’ancienne église de Fontlbouillant. Plus de 400 m2 de locaux, un grand espace pour travailler toutes les figures. 
 

Un peu d'équilibre

Dans le cirque, il faut être un peu équilibriste. Et comme ce n’est pas trop mon truc, Claudine me fait faire du plateau d’équilibre, du funambulisme et du monocycle évidemment.
Après avoir fait tout ça, on va faire un peu d’acrobatie sur le trampoline et le salto arrière. Là encore, il faut rentrer le ventre et les fesses pour se gainer. Même s’il a fallu quelques minutes de décrassage, je me suis sentie comme un poisson dans l’eau. 
 
Parmi les acrobaties de l'école de cirque de Montluçon, il y a le salto arrière. Un très bon exercice sur un trampoline et attaché pour plus de sécurité.
Parmi les acrobaties de l'école de cirque de Montluçon, il y a le salto arrière. Un très bon exercice sur un trampoline et attaché pour plus de sécurité. © AA / France 3 Auvergne

Pour terminer ma séance des arts du cirque et après tout ce sport, on se pose un peu au calme en faisant un peu de jonglage. Un excellent exercice de dextérité et de coordination des gestes. 

Finalement, mon expérience des arts du cirque m’a convaincue. Je ne rejoindrai pas une compagnie, mais pour faire du sport tout en s’amusant, c’est l’idéal. Et en plus, ce n’est pas réservé uniquement aux enfants. C’est ouvert aux petits et aux grands. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
art culture sport