Montluçon (Allier) : un élève interpellé après être rentré dans son lycée armé d’un couteau et d’un tournevis

Sueurs froides au lycée Paul Constans de Montluçon (Allier) : un élève s'est introduit dans l’établissement, armé d’un couteau et d’un tournevis, ce vendredi 20 novembre aux alentours de 18 heures, selon le proviseur du lycée. Le lycéen a finalement été appréhendé par la police.

La police est intervenue au lycée Paul Conflans de Montluçon car un élève s'y est introduit avec un couteau et un tournevis ce vendredi 20 novembre.
La police est intervenue au lycée Paul Conflans de Montluçon car un élève s'y est introduit avec un couteau et un tournevis ce vendredi 20 novembre. © D.Cros / FTV
Le lycée Paul Constans de Montluçon (Allier) a été le théâtre d’une intrusion ce vendredi 20 novembre. Il était environ 18 heures lorsque l’un des élèves de l’établissement s’est introduit dans les locaux, armé d’un couteau et d’un tournevis, a affirmé le proviseur Bruno Bouchez : « A priori, ce serait une sorte de règlement de comptes entre élèves. Quand j’ai su que quelqu’un d’armé était entré dans l’établissement, j’ai déclenché le PPMS attentat-intrusion. La police est intervenue très rapidement, ainsi que la BAC. Je pense que cet élève a perdu les pédales. » Selon la préfecture de l’Allier, l’intrus a été rapidement appréhendé par les forces de l’ordre. 

Des moqueries à l'origine de son geste, selon le maire

D'après le maire de Montluçon Frédéric Laporte, le jeune homme aurait été moqué par des camarades dans l'après-midi, et serait alors allé chez lui pour récupérer le couteau et le tournevis avant de retourner au lycée : " Il n'est pas rentré par la porte principale, il n'a donc pas croisé grand-monde. Il est probable qu'il cherchait précisément 2 ou 3 personnes, celles qui se seraient moquées de lui, donc il n'a pas fait de dégats", raconte l'édile. C'est donc une dispute qui aurait provoqué le geste de l'adolescent. 

Aucun blessé lors de l'intrusion

Aucun blessé n’est à déplorer. Selon le proviseur, l’élève aurait jeté son couteau et son tournevis avant d'être appréhendé par les policiers. « Il n’y avait plus beaucoup d’élèves dans les salles puisque c’était la fin de la journée et la fin de la semaine. Une sirène particulière a retenti et tout le monde s’est mis à l’abri sous les tables en attendant la fin du signal sonore », explique le proviseur. L’alerte a duré un peu plus d’un quart d’heure.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers