Originaire de Montluçon, Julian Alaphilippe à nouveau champion du monde de cyclisme

Le cycliste Julian Alaphilippe, originaire de Montluçon, a remporté dimanche 26 septembre 2021 en Belgique un second titre de champion du monde. Il avait été une première fois couronné l'année dernière à Imola en Italie.

La ligne d’arrivée approche, Julian Alaphilippe a le sourire aux lèvres. Il lève les bras, salue le public. L’incite à l’encourager. Et la voici qui arrive enfin, cette ligne ! Le Montluçonnais Julian Alaphilippe file tout droit vers son deuxième titre de champion du monde de cyclisme. Dans l’histoire de cette compétition, seuls six coureurs ont su garder le maillot arc-en-ciel deux années de suite. Cette année en Belgique, après 268 km de course, un départ à Anvers et une arrivée à Louvain, l’équipe de France a brillé avec à sa tête le cycliste bourbonnais. Il est arrivé avec 32 secondes d’avance. Un succès après une première victoire l’année dernière à Imola en Italie. 

 

« L’année dernière, c’était déjà vraiment un rêve qui se réalisait pour moi, ça a été très difficile, mais à la fin une grande émotion », témoigne Julian Alaphilippe à l’issue de la course. « Je sais ce que c’est que de faire un an avec le maillot arc-en-ciel et je suis arrivé ici vraiment détendu, vraiment relax. J’avais forcément beaucoup de motivation mais aussi une envie de bien faire. »

Julien Alaphilippe remporte ce championnat du monde en 5 heures, 56 minutes et 34 secondes. Il reconnaît lui-même être surpris par cette seconde victoire. « Ce n’était pas prévu, je ne pensais pas que j’étais capable de tenir jusqu’au bout, je n’ai pas de mots. Je suis content.»

Le Bourbonnais est interrompu dans ses réponses, ses co-équipiers viennent l’enlacer, portés par la joie de ce titre de champion du monde. « On n’a pas trop respecté le plan mais ça a marché quand même ! », leur lance-t-il, avec un brin de malice.

 

 

L’équipe de France a mené une course intense. Elle a toujours eu un temps d’avance sur ses concurrents, principalement l’équipe de Belgique. Julian Alaphilippe, sur l’arrière dans les premiers kilomètres, a ensuite mené plusieurs attaques. A 18 km de l’arrivée, il a pris l’avantage et ses adversaires l’ont laissé filer. Le Bourbonnais a fait les 17 derniers kilomètres en solitaire. « Je me suis fait violence, je pensais à mon petit en finale [Il est papa depuis juin dernier NDLR] et beaucoup de supporters qui étaient pour la Belgique et Wout Van Aert, dans le dernier tour, me demandaient de ralentir. Ils n’avaient pas toujours des mots sympas. Je tiens à les remercier car ça m’a donné envie d’appuyer encore plus fort. »

Et Julian Alaphilippe d’espérer un 3e titre de champion du monde : « Jamais deux sans trois ! », prophétise-t-il. Rendez-vous dans un an en Australie pour les prochains championnats du monde de cyclisme.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sport cyclisme