17-25 ans : comment passer son permis de conduire à moitié prix à Moulins

A Moulins comme ailleurs, pas facile pour les jeunes de réaliser leurs projets professionnels sans permis de conduire. Alors, pour les aider, la mairie propose de financer la moitié du permis de ces jeunes, en échange de 60 heures de bénévolat au sein d’une association.
La mairie de Moulins propose de financer le permis des jeunes de la ville à hauteur de 50% contre 60 heures de bénévolat dans une association.
La mairie de Moulins propose de financer le permis des jeunes de la ville à hauteur de 50% contre 60 heures de bénévolat dans une association. © Rémy PERRIN/LE PROGRES/MAXPPP

Vous êtes jeune, habitez à Moulins et souhaitez passer votre permis de conduire ? La municipalité offre de financer la moitié du précieux sésame. Le dispositif existe depuis 2009, pour aider les jeunes de 17 à 25 ans à s’insérer dans les études et dans la vie active : « On sait qu’aujourd’hui c’est très compliqué pour les jeunes qui sont à la recherche d’un emploi de ne pas être véhiculés. C’est complexe sans voiture, donc on se demandait comment les aider à réaliser leurs projets. L’idée c’est vraiment de donner un coup de pouce aux jeunes Moulinois en finançant une partie de leur permis », raconte Johnny Kari, adjoint à la jeunesse. Pour bénéficier de cette aide, les jeunes doivent justifier d’une adresse à Moulins depuis au moins 2 ans. Ce coup de pouce est plafonné à hauteur de 700 euros et est accessible à tous les jeunes sans conditions de revenus, explique l’adjoint : « Ca s’adresse à tout le monde. Le jeune qui a envie et qui est motivé, on va l’aider, qu’il ait les moyens ou pas. On aide toutes les couches sociales. »

Présenter un "projet cohérent"

Au total, 234 jeunes ont pu bénéficier de cette aide, pour un montant de 133 000 euros environ. Pour l’obtenir, ils ont dû présenter un projet, précise Johnny Kari : « On ne peut pas taper à la porte et demander 700 euros. Il faut un projet cohérent. Les jeunes s’inscrivent et une fois que leur dossier est complet on leur donne un rendez-vous avec un jury. Ils se présentent et nous parlent de leur projet. C’est à nous de déterminer si ce projet-là nous paraît cohérent. Quand ce n’est pas le cas, on le fait revenir, quand ils n’ont pas été chercher d’école de conduite ou d’association, quand on sent que ce n’est pas abouti. L’idée, ce n’est pas de l’envoyer à l’échec. On le renvoie vers le point information jeunesse pour retravailler son dossier et après, en général, ça passe », indique Johnny Kari. La demande doit être faite avant le 13 septembre, comme indiqué sur la page Facebook de la mairie :

60 heures de bénévolat

En échange de ces 700 euros, les bénéficiaires doivent s’engager pour 60 heures de bénévolat dans une association : « On leur demande une contrepartie à ce financement, du bénévolat dans une association caritative ou sociale. Ils donnent de leur temps, ils voient ce que c’est d’aider ceux qui en ont besoin. Ça fonctionne bien puisque certains jeunes restent même à l’association après avoir obtenu leur permis et continuent d’aller donner un coup de main. C’est donnant-donnant. On les aide pour le permis, ils nous donnent 60 heures de leur temps », se félicite Johnny Kari. La mairie travaille avec la Croix-Rouge, le Secours Populaire, le Secours Catholique, Emmaüs, Vitalis, la SPA, la banque alimentaire et d’autres associations locales de Moulins.

Une quarantaine de dossiers chaque année

Leurs missions sont variées : « Ils peuvent distribuer des repas, donner des vêtements, ils aident les bénévoles dans toutes leurs tâches », explique Johnny Kari. Selon lui, les jeunes semblent satisfaits de cet échange de bons procédés : « On a pas mal d’étudiants qui viennent faire leurs heures en été et on a des retours très positifs. C’est pour ça qu’on pérennise. Sur une année, environ 80% de ces jeunes obtiennent leur permis du premier coup et vont jusqu’au bout de leur projet. Ca leur permet de trouver des emplois, des stages, des formations… On a aussi des Moulinois qui nous demandent cette aide pour partir faire leurs études dans d’autres villes. Parfois ils nous appellent pour nous dire que cette aide leur a permis de se véhiculer pour aller au bout de leurs envies ». La collectivité reçoit en moyenne 40 dossiers chaque année pour ce financement.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité société vie associative jeunesse famille