Allier : 52 salariés de La Poste vont porter plainte contre leur direction

Depuis un an, les relations sont tendues entre les salariés et la direction du centre du tri de La Poste à Yzeure, près de Moulins, dans l’Allier. Cinquante-deux salariés vont porter plainte contre leur employeur dans une dizaine de jours.
 
Quelque 52 salariés du centre de tri d'Yzeure, dans l'Allier, vont déposer plainte contre leur direction sur le fondement de manque aux obligations de l'employeur de garantir la santé et la sécurité.
Quelque 52 salariés du centre de tri d'Yzeure, dans l'Allier, vont déposer plainte contre leur direction sur le fondement de manque aux obligations de l'employeur de garantir la santé et la sécurité. © Stéphanie Vinot / FTV
Voilà près d’un an que les relations se sont dégradées entre les salariés et la direction du centre de tri de La Poste à Yzeure, près de Moulins, dans l’Allier. Le conflit s'est aggravé en janvier dernier, quand environ 50 salariés ont fait valoir leur droit de retrait pour risques psycho-sociaux. Deux salariés ont été aussi sanctionnés en marge des journées d'action dans le conflit sur les retraites, ce qui a mis le feu aux poudres. Actuellement, ils sont 52 postiers décidés à porter plainte contre leur direction. Depuis l'arrivée d'un nouveau directeur au centre de tri, il y a 15 mois, rien ne va plus selon eux. Un agent témoigne : « Moi je n’ai jamais vu à La Poste des gens pleurer autant. Ce n’est juste pas possible. Sans parler de remarques sexistes de l'encadrement. Et encore, quand on parle de remarques sexistes, on est gentil ».

Il y a tous les jours du harcèlement, de la pression

Christelle Hébrard, secrétaire générale de la CGT FAPT, précise : « C’est en permanence. Il y a tous les jours du harcèlement, de la pression. On a des agents qui ont reçu des lettres où on leur dit qu’ils ne sont pas bons, qu’il faut redresser leur comportement ». Depuis six semaines, ils font valoir leur droit de retrait, ce qui est différent du droit de grève : ils ont arrêté le travail car pour eux, leur santé est menacée. Toujours sans solution, aujourd'hui ils franchissent une étape supplémentaire. Ils s’apprêtent à déposer plainte, une action à laquelle s'associe le syndicat CGT. Christelle Hébrard ajoute : « On a appuyé sur tous les curseurs sur lesquels on pouvait appuyer. On ne peut pas laisser le personnel dans cette situation. C’est important pour dire stop et ce ne sera que la justice qui pourra régler les choses ».

La direction ne reconnaît pas le droit de retrait

La direction conteste formellement tout management par la peur. Pour elle, la tension actuelle est due au fait qu'elle a refusé de payer l'intégralité des jours non-travaillés. Elle ne reconnaît pas le droit de retrait des salariés d'Yzeure. Marc Boileau, directeur opérationnel Auvergne Nord du service courrier-colis de La Poste indique : « L’enjeu est la rémunération pendant ces absences irrégulières. On ne rémunère pas un travail non fait. La seule solution est de revenir à la table des négociations ». Selon la CGT, cette situation est inédite : selon elle, jamais autant de salariés en France n’ont porté plainte contre leur employeur pour manquement aux obligations en termes de santé et de sécurité. La plainte sera déposée au parquet de Moulins dans une dizaine de jours, promettent les salariés.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
grève économie social