Allier : lynché sur Facebook à cause d’une vidéo, il porte plainte

Régis Vernay, gérant d'une entreprise de transport dans l'Allier, est victime d'un lynchage sur les réseaux sociaux. / © Valérie Riffard / France 3 Auvergne
Régis Vernay, gérant d'une entreprise de transport dans l'Allier, est victime d'un lynchage sur les réseaux sociaux. / © Valérie Riffard / France 3 Auvergne

Publiée il y a un mois, la vidéo d’un dépassement dangereux sur la RN7 entre Moulins, dans l’Allier, et Varennes-sur-Allier fait le buzz sur Internet. Accusé par les internautes d’avoir commis cette infraction, un transporteur nie en être l’auteur et a porté plainte.
 

Par Catherine Lopes

Plus de 4 millions de vue en un mois. La vidéo d’un camion jaune effectuant un dépassement dangereux entre Moulins, dans l’Allier, et Varennes-sur-Allier, sur la RN7, fait le buzz.

Je subis un véritable lynchage

Mais elle fait aussi le malheur de Régis Vernay, gérant de la société de transport Vernay Négoce, au Breuil, dans l’Allier. En effet, des internautes ont cru reconnaître le camion jaune du transporteur. Il s’en défend : « Des personnes m’incriminent injustement sur Facebook suite à la vidéo. Des gens ont pensé que c’était moi, alors que c’est faux. Je subis un véritable lynchage, notamment sur les réseaux sociaux. Sur la route mes chauffeurs se font incendier, on leur fait des appels de phares ou des gestes déplacés ». Il poursuit : « La vidéo a été filmée entre Varennes-sur-Allier et Moulins, une route que mes camions empruntent tous les jours. Mes camions sont jaunes. Mais j’ai la preuve que le camion n’est pas de chez nous. La plaque réfléchissante arrière est au centre du camion sur la vidéo tandis qu’elle est sur la droite ou sur la gauche sur les nôtres ».

Une plainte déposée

Excédé par ce lynchage, Régis Vernay a déposé plainte mardi 5 novembre, à la gendarmerie du Mayet-de-Montagne, dans l’Allier, pour « diffamation et dénonciation calomnieuse ». Son avocat, maître Renaud Portejoie, explique : « Il n’y a pas 50 moyens pour pouvoir apporter une réponse à ces accusations. Il faut s’appuyer sur une plainte pour que la responsabilité de ceux qui l’accusent gratuitement et injustement soit engagée. L’idée est de réagir vite. C’est un moyen de rappeler que les réseaux sociaux ne sont pas une zone de non-droit. On n’accuse pas en toute impunité ». Désormais, Régis Vernay attend une réponse judiciaire rapide, afin de faire cesser la calomnie dont il est victime.
 

Sur le même sujet

Les + Lus