Allier : polémique à propos de la construction d’un second pont à Moulins

A Moulins, dans l’Allier, on parle depuis 2008 d’un second pont pour franchir l’Allier. Après un avis défavorable de l’enquête publique à l’automne 2019, l’agglomération de Moulins espère obtenir la déclaration d’utilité publique de la préfecture.
 

Voici à quoi devrait ressembler le second pont construit sur l'Allier à Moulins.
Voici à quoi devrait ressembler le second pont construit sur l'Allier à Moulins. © Moulins communauté
Mercredi 15 janvier, une séance extraordinaire a eu lieu à l’agglomération de Moulins, dans l’Allier. Après un avis défavorable de l’enquête publique à l’automne 2019, la municipalité espère obtenir la déclaration d’utilité publique de la préfecture en vue de la construction d’un deuxième pont sur l’Allier. Il existe déjà un pont à Moulins, le pont Régemortes : c’est le principal accès à la ville pour les habitants de la rive gauche. Pas moins de 22 000 véhicules l’empruntent chaque jour.

Un projet né en 2008

Depuis 11 ans, le projet d’un deuxième pont est dans les tuyaux. Le début des travaux étaient annoncé pour début 2020, jusqu'à ce coup de semonce en novembre 2019, l'avis défavorable des commissaires enquêteurs, à l'issue de l'enquête publique. Un avis qui n'est que consultatif, car c'est la préfecture qui aura le dernier mot. A l'agglomération de Moulins, on reste confiant. Pierre-André Périssol, président LR de l'agglomération de Moulins, affirme : « Ce pont, moi je suis convaincu qu’il se fera parce qu’il est indispensable. Il est indispensable pour favoriser les déplacements entre la rive gauche et la rive droite. Il est indispensable pour le développement économique et parce que des travaux très importants devront se faire sur le pont Régemortes et que le pont sera bloqué pendant plusieurs mois. Il faudra bien traverser l’Allier ».

La question de la nécessité d'un pont

Mais à l'aube d'une société plus écologique, faut-il un nouveau pont pour les voitures ? N'y aurait-il eu pas eu d'autres solutions, plus douces ? Ce sont les questions de l'enquête publique qui s'est aussi interrogée sur la localisation du pont, là où la rivière se franchit le plus facilement. Pour les élus d'opposition, favorables au pont, cet avis défavorable interroge. Pascal Perrin, maire PS d'Yzeure, indique : « Quand on lit les principales questions posées, elles sont toutes légitimes. Pourquoi dans le premier dossier déposé, n’avions-nous pas anticipé ces questions ? Peut-être que l’on en aurait eues d’autres mais celles-là, c’était des questions qui se disaient ici ». Le second pont et ses mésaventures risque maintenant de s'inviter dans la campagne des municipales à Moulins.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
urbanisme aménagement du territoire environnement polémique société