Cette commune d'Auvergne offre jusqu'à 10 000 euros pour emménager dans le centre-ville

Pour lutter contre la désertification des centres-villes, certaines communes n'hésitent pas à donner un coup de pouce. C'est le cas de Moulins dans l'Allier qui offre jusqu'à 10 000 euros d'aide aux futurs propriétaires. Mais attention, il faut remplir un certain nombre de conditions.

Certains édiles sont prêts à tout pour attirer de nouveaux habitants dans leur commune. C’est le cas de la ville de Moulins, dans l'Allier, qui n’a pas lésiné sur les moyens. Pour convaincre de futurs propriétaires d’investir dans le centre-ville de l’agglomération, la commune propose une aide pouvant aller jusqu’à 10 000 euros. Un coup de pouce qui existe depuis plus de 10 ans mais qui reste encore méconnu selon Dominique Legrand, maire adjointe chargée de l'urbanisme. “Malheureusement , encore trop de personnes n’ont pas connaissance de cette aide alors qu’ils en sont éligibles”, déplore-t-elle. 

De nombreuses conditions 

Cette subvention est destinée aux primo-accédants. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, primo-accédant ne veut pas dire propriétaire pour la première fois. Un primo-accédant est une personne qui n'a pas été propriétaire de sa résidence principale au cours des deux dernières années précédant l'acquisition du bien concerné par la demande.

L’aide est attribuée en fonction de la superficie du logement acheté. La ville attribue 100 euros par mètre carré, avec un minimum d’aide de 3 000 euros. “Si quelqu'un achète 25 m2, il aura quand même 3 000 euros d’aide”, assure l’élue. Mais le montant reste plafonné à 10 000 euros par logement, “même quelqu’un achète un 110 m2”,souligne l’élue. Cette aide concerne tous types de biens, que ce soit un appartement ou une maison en ville. Tant que le logement en question se situe dans le périmètre du centre historique qui reste "une zone assez large qui englobe tout le centre de Moulins", rassure l'adjointe au maire.

Ce dispositif n'est soumis à aucune condition de revenus. La ville exige seulement que le bien concerné ait plus de 15 ans et soit vacant depuis plus d’un an. “Sur nos centres anciens, ce n’est pas bien difficile”, assure Dominique Legrand.  D'autre part, les candidats doivent s'engager à y vivre au moins 6 ans. Objectif : empêcher que les intéressés profitent de l’aide pour revendre derrière. Il faut en faire sa résidence principale et s’engager à y habiter pour une certaine durée. Dans le cas où la personne quitte le logement avant les 6 ans, il doit rembourser au prorata des années manquantes”, prévient l’élue. 

Un dossier est à déposer entre le compromis de vente et avant la vente. La subvention est versée dès qu'elle est validée par le conseil municipal, et une fois le bien acquis par son propriétaire.

12% de logements vacants 

À travers ce dispositif, la ville a un double objectif : aider ces personnes qui rencontrent des difficultés pour acheter et attirer du monde en centre-ville. “Il y a un nombre de logements vacants trop important à nos yeux”, constate Dominique Legrand. L’adjointe n’a pas de chiffre précis sur cette part de logements vacants dans la ville de Moulins. Elle souligne : “Une enquête doit être faite pour avoir une vue plus précise. Mais si l’on se base sur les chiffres de l’INSEE, on tourne autour de 12% de logements vacants dans la ville de Moulins. Le département de l'Allier n’est pas très bien placé, on a trop de logements vacants, c’est une certitude”. 

Un bilan positif

Depuis le lancement de cette aide, près de 400 000 euros ont été versés aux nouveaux acheteurs. Dominique Legrand tire un bilan positif de ce dispositif : “Ça anime notre centre-ville. C’est une bonne nouvelle pour les commerces de proximité. Cet achat s’inscrit généralement dans un parcours de vie : un mariage, une naissance, une retraite. On arrive donc à attirer des jeunes couples et des familles, c’est positif”. Une cinquantaine de logements ont été achetés grâce à cette aide.