Elections régionales : quand Najat Vallaud-Belkacem ne se souvient pas du nom de la préfecture de l’Allier

Jeudi 15 avril, la candidate PS aux élections régionales Auvergne-Rhône-Alpes Najat Vallaud-Belkacem n’a pas su répondre à la question d'un journaliste qui lui demandait le nom de la préfecture de l’Allier. Ses adversaires s’en sont immédiatement emparé sur les réseaux sociaux.

Najat Vallaud-Belkacem n' a pas été capable de répondre à un quiz sur la région, jeudi 15 avril, sur une télévision locale lyonnaise.
Najat Vallaud-Belkacem n' a pas été capable de répondre à un quiz sur la région, jeudi 15 avril, sur une télévision locale lyonnaise. © Anais MARIOTTI / MAXPPP

C’est une réponse ou plutôt une absence de réponse qui fait tache en pleine campagne électorale. Jeudi 15 avril, Najat Vallaud-Belkacem, tête de liste socialiste pour les élections régionales en Auvergne-Rhône-Alpes, est invitée sur le plateau de BFM Lyon. En fin d’interview, le journaliste lui pose des questions « sans tabous ». Il lui demande le nombre d’habitants de la région, elle y répond. Il l’interroge sur le nombre de lycées, elle dit « Vous me posez une colle ». Enfin, à la question « Quelle est la préfecture de l’Allier ? », elle marque un temps d’arrêt, prononce un « J’hésite » puis botte en touche, tout en gardant le sourire lorsque le journaliste lui souffle « Moulins ».
 

J’ai eu une petite hésitation intérieure entre Montluçon et Moulins

Contactée, la candidate PS explique son hésitation : « Je dois le reconnaître, dans la précipitation, j’ai eu une petite hésitation intérieure entre Montluçon et Moulins. Comme c’était un jeu de vitesse, j’ai donné ma langue au chat trop vite. Je prie évidemment les habitants de l’Allier d’accepter mes excuses. Plus sérieusement l’Allier occupera une place majeure dans ma campagne. J’aurai l’occasion d’y être dans une dizaine de jours et comme cela, je pourrai leur dire en direct si les habitants se sont sentis froissés ». Elle ajoute : « J’ai fait l’interview après avoir passé une journée entière dans la Loire. J’étais sur un autre territoire. Tout comme je serai la semaine prochaine, en Isère lundi, dans la Drôme jeudi, en Haute-Loire vendredi. Ne vous inquiétez pas pour ma géographie ».

 

Une candidate raillée

Alors que la campagne était jusque-là timide, les adversaires politiques de Najat Vallaud-Belkacem, principalement les partisans de Laurent Wauquiez, le candidat (LR), n’ont pas tardé à s’engouffrer dans la brèche, notamment sur les réseaux sociaux. Ainsi, Frédéric Aguilera, maire (LR) de Vichy,  écrit sur Twitter : « Pas surpris. Elle ne parle jamais de l’Auvergne. Pour elle la Région c’est la métropole de Lyon. Cette élection sera décisive pour nos départements auvergnats ».

Elle s’enlise en disant qu’elle hésitait entre Moulins et Montluçon

Le président (UDI) du Conseil départemental de l’Allier, Claude Riboulet, monte lui aussi au créneau : « La vérité est que j’ai été encore plus stupéfait qu’elle ne sache pas combien il y avait de lycées dans la région, car c’est juste la compétence de la région. Si vous me demandez combien il y a de collèges publics dans le département, je vous le dis tout de suite c’est 35. Comme président de Conseil départemental, je trouve ça assez navrant qu’elle ne connaisse pas au moins 12 noms de villes préfectures, une par département ». Il ne croit pas au système de défense de la candidate socialiste : « Elle s’enlise en disant qu’elle hésitait entre Moulins et Montluçon. Si elle a pensé cela, c’est encore plus humiliant car elle n’a même pas pensé à Vichy. C’est navrant. Ceux qui passaient le certificat d’études, la génération de nos grands-parents, connaissaient tous les départements et toutes les préfectures de France. C’était 100 et pas 12. Ce n’est pas grave, elle a été ministre de l’Education nationale. C’est révélateur d’un prisme de personnalités qui n’ont pas compris qu’il s’agissait d’une seule région Auvergne-Rhône-Alpes. Ils se fichent de tout ce qui se passe à l’Ouest de Lyon ».

 

Des investissements n’ont pas eu lieu, des entreprises n’ont pas été soutenues

Najat Vallaud-Belkacem contre –attaque et précise : « On a vraiment le sentiment que pour la droite, il ne lui reste que ça, sauter sur les polémiques. Autant j’admets bien volontiers cette hésitation entre 2 villes, autant la droite, elle pour le coup, me semble avoir oublié les habitants de l’Allier depuis plus longtemps et ça, c’est bien plus grave. J’ai en tête qu’aucune avancée sur le ferroviaire, et notamment le Montluçon-Lyon, n’a été réalisée ces dernières années alors que c’est ce qu’on attendait de la Région de monsieur Wauquiez. Des investissements n’ont pas eu lieu, des entreprises n’ont pas été soutenues ». Cet échange d’amabilités vient enfin animer une campagne que certains jugeaient un peu trop morne.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections régionales région auvergne-rhône-alpes politique élections