Comment la ville de Vichy recycle les masques anti-COVID

Si les masques chirurgicaux nous sont très utiles en cette période de crise COVID, ils sont aussi très envahissants. Dans l'Allier, l'agglomération de Vichy lance un système de collecte et de recyclage pour diminuer leur impact environnemental.

A Vichy, dans l'Allier, les masques anti-COVID sont collectés et recyclés.
A Vichy, dans l'Allier, les masques anti-COVID sont collectés et recyclés. © Pascal Franco / FTV

Quand ils ne sont plus sur notre bouche et sur notre nez, certains finissent malheureusement dans la rue. Les masques chirurgicaux constituent un véritable fléau pour l'environnement, alors que ces 4 grammes de polypropylène sont tout à fait recyclables. Dans l’Allier, l'agglomération de Vichy emboîte le pas de la ville de Meudon en région parisienne, ou du département de la Vienne. Depuis début mai, les masques sont collectés dans des lieux publics pour être traités et transformés en objets utiles. Bernard Aguiar, vice-président de l'agglomération de Vichy, en charge des déchets et de l'économie circulaire, explique : « Ces masques constituent une vraie plaie. On en trouve même dans les égouts et jusqu’à la mer en bout de circuit. C’est une vraie catastrophe. On a trouvé une solution expérimentale, qui appelle à se développer par la suite ».

Un but éducatif

L'opération a aussi un but éducatif. Quand les masques chirurgicaux ne sont pas spécialement collectés, ils vont dans un sac noir. Ils prennent alors la direction de l'enfouissement ou l'incinération, mais ne vont jamais dans le sac jaune pour le tri. Christine Morin, directrice des services d'assainissement, souligne : « Ces masques vont être mis en quarantaine pendant 4 jours. Ils vont être envoyés à Châtellerault, dans une usine. Ils vont d’abord être dévissés, on va enlever la languette métallique. Ils vont être broyés puis vont subir une décontamination aux ultra-violets. Quand tout cela est fait, ils sont transformés en objets car le masque est en plastique. Ce sont des kits écoliers, des accroche-portes. On est plutôt partis sur des kits écoliers : règles, équerres et rapporteurs ».

Il a fallu trouver une solution car on est dans un objectif de réduction des déchets

Elle ajoute : « Le masque est un déchet qu’on n’avait pas avant et qui est là aujourd’hui en quantité importante. Il a fallu trouver une solution car on est dans un objectif de réduction des déchets. Recycler ces masques est une façon de ne pas les retrouver dans un centre d’enfouissement ou d’incinération ». L'agglomération de Vichy espère rapidement collecter plus de 10 000 masques par semaine, notamment en étendant le ramassage aux entreprises. Elles sont grandes consommatrices de ces protections.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société déchets ménagers environnement