Coronavirus : le festival “Cultures du monde” de Gannat dans l’Allier contraint à l’annulation

Pour la première fois depuis 1974 Gannat ne pourra pas recevoir les cultures du monde cet été / © J. Teiller / FTV
Pour la première fois depuis 1974 Gannat ne pourra pas recevoir les cultures du monde cet été / © J. Teiller / FTV

Il n’y aura pas en 2020 de 47ème édition du festival "Cultures du monde" à Gannat dans l’Allier. La crise du coronavirus rend impossible la rencontre des 30.000 festivaliers attendus avec les 12 groupes folkloriques programmés du 17 au 26 juillet.

Par Cyrille Genet avec Christophe Jouvante

Les organisateurs du festival "Les cultures du monde" à Gannat dans l’Allier ont dû se résoudre à annuler la 47ème édition prévue en juillet 2020. Impossible du fait des incertitudes que fait peser le coronavirus Covid 19 sur l’organisation des grands rassemblements d’envisager sereinement l’accueil de centaines de musiciens et danseurs de 12 pays dont la Hongrie, le Mexique, le Bénin ou la Thaïlande, des 30.000 visiteurs et des 400 bénévoles qui se retrouvent chaque été dans cette commune de 6.000 habitants. Bien que confiné, le comité directeur a fini par décider d'annuler un brassage de cultures impossible à assumer.
 
"Les premiers retours qu’on a eus, c’est un peu comme pour nos bénévoles, c’est d’abord de la déception. Mais comme cette pandémie est mondiale, c’est aussi l’incompréhension. Ils savent que malheureusement ce n’est pas possible pour cette année. Mais malgré tout, ils gardent espoir de pouvoir venir à Gannat dès l’année prochaine" dit Romain Bouchet, le directeur du Festival.

Créé en 1974, et désormais estampillé UNESCO, le festival est porté par une association qui se charge également d’accompagner les groupes amateurs invités en leur programmant des tournées en France et en Europe. La structure compte 4 salariés, autant d’emplois qu’il faut s’efforcer de préserver : "La situation de notre association est très fragile" précise son président Luc Roche. "Déjà on eu quelques soubresauts, quelques soucis financiers et on commençait à sortir la tête de l’eau. Et puis là avec ce qui nous tombe dessus, on a dû mettre nos salariés au chômage partiel pour la plupart".

Des inquiétudes qui touchent tout le territoire autour de Gannat et préoccupent Véronique Pouzadoux, maire de Gannat et présidente de la communauté de Communes Saint-Pourçain-Sioule-Limagne : "C’est essentiel pour le monde de la culture, c’est essentiel pour la dynamique de territoire, c’est essentiel pour toutes les valeurs que l’association porte au niveau de Gannat mais aussi de l’UNESCO. Donc bien entendu, on est là, les collectivités, que ce soit de la plus grande je pense à la Région à la plus petite qui est la commune. On sera là d’une manière ou d’une autre. C’est ce qu’on est en train de calculer avec eux".

Un soutien indispensable car en début d'année l'association avait dû se résigner à vendre sa maison du folklore pour épurer ses dettes, et avec une fréquentation de 30.000 visiteurs en 2019, le festival pensait s'être refait une santé.

Sur le même sujet

Les + Lus