VIDEO. Pourquoi un drone survole la forêt de Tronçais (Allier)

Publié le
Écrit par S.B avec Pascal Franco

Dans l’Allier, une partie de la forêt de Tronçais est cartographiée depuis le 16 mai par l’Office National des Forêts avec un drone. Il s’agit de repérer les dégâts entraînés par les sécheresses successives depuis 2020. Grâce à ce nouveau moyen, le constat est rapide et précis.

Grace à un drone, près de 200 hectares de la forêt de Tronçais (Allier) sont inspectés en une seule journée. Aux commandes, le télépilote cherche les arbres atteints par un dépérissement récent : « Sur les images on cherche principalement des zones où les pieds sont très dégarnis. Là, on est à une époque où, techniquement, on est censé avoir des feuilles partout. Le pied dégarni ressort en blanc, en branche morte », explique Valentin Tripet, télépilote de l’Office National des Forêts. Ces survols permettent de faire des vidéos, mais aussi des cartes extrêmement précises de l’état sanitaire la forêt. « On voit déjà en bordure que l’état sanitaire pose question. Le vol drone va nous permettre de voir plus globalement si ce qu’on voit sur les bords est identique à l’intérieur ou s’il y a des endroits qui se tiennent un peu mieux. Il y a 500 hectares qui ont été faits, on va faire la zone 362 ce matin », explique Bertrand Dugrain, directeur de l’agence ONF Berry-Bourbonnais.    

La forêt en danger

Cette surveillance permet de dresser un état de lieux pour prendre ensuite des décisions, indique Bertrand Dugrain : « Ca nous permet de cerner quelles sont les zones qui sont plus atteintes, les zones qu’on ne va pas toucher, les zones un peu atteintes dans lesquelles on va être amenés à prélever de gros bois de qualité pour les valoriser, et puis les zones très atteintes où on va partir sur un cycle de mise en régénération et créer une nouvelle génération de peuplement forestier. » La forêt de Tronçais a la réputation d'être la plus belle futaie de chênes d'Europe. Selon l’ONF, ses 10 000 ha ne devraient pas disparaître du jour au lendemain à cause des sécheresses. Toutefois, elle est sous étroite surveillance. « Il n’y a pas de dépérissement total, évidemment, mais il y a des signes de dépérissement qui nous préoccupent, qui nous inquiètent et qui posent aussi question étant donné les changements climatiques à venir dans les 30 ou 40 prochaines années », alerte Bertrand Dugrain. En plus du suivi sanitaire, le survol et la cartographie de la forêt en drone va permettre une meilleure gestion post incendie et tempête.

 

Au total, ce sont 528 ha de la forêt de Tronçais qui seront survolés entre le 16 et le 20 mai, situées sur les communes de Meaulne-Vitray et le Brethon. Les photographies récupérées par le drone seront ensuite assemblées et géoréférencées avec une description du milieu à 3cm près. L’enjeu climatique est énorme. Au total, 8 milliards de tonnes de CO2 sont absorbées par la forêt dans le monde et  70 millions de tonnes de CO2 sont captées chaque année en France.