Ardèche : 158 ponts diagnostiqués pour prévenir les accidents

Pour lutter contre la méconnaissance de l'état des ponts en France, un programme national a été lancé : le programme national ponts. En région Auvergne Rhône-Alpes, 1336 communes sont éligibles sur 2 819 ont répondu favorablement à l'appel de l'Etat dont 158 en Ardèche.

Tout au long de cette année scolaire, des diagnostics vont être effectués pour recenser les ponts et informer de leur état, partout en France. En Ardèche, 158 communes vont être visitées par les experts et les maires se réjouissent de cette venue car le département est une terre de ponts centenaires. 

Le Programme National Ponts s'inscrit dans le dispositif France Relance (40 Millions d'euros d'appui à l'ingénierie des collectivités). 28 000 communes en France sont concernées.  Les drames des ponts de Gènes (2018) puis de Mirepoix-sur-Tarn (2019), ont mis en valeur les risques liés à un manque d'entretien et de surveillance des ponts. Pour lutter aussi contre la méconnaissance des ponts en France et de leurs groupements. En région Auvergne Rhône-Alpes, 1336 communes sont éligibles (sur 2 819) et ont répondu favorablement à l'appel de l'Etat.

A Balazuc, l'un des plus beaux villages de France, scindé en deux par l'Ardèche, le pont emblématique a été érigé en 1884 pour relier les deux rives. Il fut détruit puis reconstruit en 1944. Depuis, rien a changé, à part le trafic. "Ces chemin étaient prévus pour quelques voitures et maintenant il y a un trafic de départementale" explique Bernard Constant, maire (SE) de Balazuc. 

Ce trafic en hausse et les contraintes environnementales qui s'exercent sur certains ouvrages justifient une surveillance accrue de l'état des structures. C'est pourquoi des experts vont venir gratuitement les étudier et établir un carnet de santé des ouvrages d'art. 

C'est le CEREMA, centre d'étude et d'expertise public, qui va piloter le programme. Une vingtaine de départements vont être sillonnés afin de recenser les ponts de France et d'aider les maires dans la gestion de leur patrimoine. 

"On va faire un diagnostic structurel et sur les équipements et les experts vont alerter s'il y a un problème de sécurité imminent pour les usagers" explique Cedric Girardy, responsable CEREMA pour le programme national ponts, régions AURA et Bourgogne-Franche-Comté. Ensuite suivra la deuxième phase du programme avec des études plus poussées servant de base aux futures réparations. 

Les diagnostics débuteront en janvier 2022. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécurité société sécurité routière sciences culture patrimoine