• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Ardèche: la taille de la vigne, un moment privilégié pour le vigneron

Sébastien Pradal, vigneron au Mas d'Intras à Valvinières / © Nicolas Ferro
Sébastien Pradal, vigneron au Mas d'Intras à Valvinières / © Nicolas Ferro

L'hiver s'est installé, c'est le moment de tailler sa vigne. Depuis quinze jours, dans les parcelles ardéchoises, les sécateurs sont passés à l'action. Dans le froid et le calme des champs, le vigneron donne la coupe à sa vigne qui se repose en silence. 

Par Nicolas Ferro

C'est une image de début d'année ! En janvier et février, ouvriers agricoles et vignerons sont dans les vignes toute la journée. Parfois seul ou en équipe, toujours bien couverts et équipés de leur sécateur électrique, ils taillent inlassablement les rameaux pour donner à la vigne sa vigueur prochaine.

La vigne est une liane qu'il faut réduire en permanence pour l'inciter à faire du raisin. Le vigneron la taille en laissant seulement quelques bourgeons d'où partiront les futurs rameaux. Il détermine ainsi sa forme et approximativement le nombre de grappes qui en sortiront. 

Même si les conditions de travail sont parfois rudes, le vigneron travaille avec moins de stress que le reste de l'année où il doit répondre aux exigences de la production. Comme pour la vigne, c'est pour lui un temps calme. Durant la taille, le vigneron prend le temps d'observer chaque pied. Il repère ainsi les maladies et analyse comment la vigne pousse à l'endroit où elle se trouve. Il anticipe ainsi son travail de sol et de traitement qu'il effectuera par la suite.  

Sébastien Pradal, vigneron au Mas d'Intras à Valvignères : " On est un peu en communion avec la vigne, on ressent en ce moment l'état de la vigne ".

Passé le mois de février, la plupart des parcelles ont fini d'être taillées. D'autres travaux attendent le vigneron. Quelques uns gardent leurs meilleurs pieds pour une taille au mois de mars. Pour être fidèle à l'adage qui court toujours en Ardèche " Pour la vigne, rien ne vaut la taille de mars ".

Le reportage de Nicolas Ferro et Vanessa Fize : 
 


 

Sur le même sujet

Allier : grande première pour le festival Théâtres de Bourbon

Les + Lus