Ardèche : un projet de parc éolien fait débat à Saint-Vincent-de-Barrès

Le projet d'un parc éolien sur le massif du Barrès provoque la polémique chez les habitants de Saint-Vincent-de-Barrès. Des réunions publiques sont organisées par la mairie pour ouvrir le dialogue. Une association "Sauvegarde du Barrès" s'est créée pour s'opposer au projet.

Depuis septembre, les débats vont bon train chez les habitants de Saint-Vincent-de-Barrès, petite commune de 900 âmes près de la vallée du Rhône. Le projet d'un parc éolien sur le massif du Barrès divise. Beaucoup s'inquiètent, certains se sont constitués en collectif baptisé "Sauvegarde du Barrès" pour s'opposer catégoriquement au projet. Il compte une centaine d'adhérents.

Le projet a été présenté une première fois aux habitants par EDF Energies Nouvelles et porte sur l'implantation de quatorze éoliennes sur le massif du Barrès qui sépare le village à Cruas. Un second projet a minima est actuellement en préparation. Il leur sera soumis le 15 décembre. Le Maire, Paul Savatier, également Président du Pays d'Art et d'Histoire de l'Ardèche méridionale se place en conciliateur entre les deux parties. Il met en place pour cela quatre réunions publiques afin d'expliquer et définir le projet.

C'est le préfet qui tranchera à la fin des études et des concertations. Le collectif entend pour sa part utiliser tous les recours possibles.

Le projet d'un parc éolien sur le massif du Barrès provoque la polémique chez les habitants de Saint-Vincent-de-Barrès. Des réunions publiques sont organisées par la mairie pour ouvrir le dialogue. Une association "Sauvegarde du Barrès" s'est créée pour s'opposer au projet

 

L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Auvergne-Rhône-Alpes
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité