Chantier religieux de Saint-Pierre-de-Colombier : les travaux se poursuivent en attendant une réponse de la Justice

Jeudi 19 octobre, la préfète d'Ardèche, les promoteurs et les associations écologistes se sont réunis pour régler la question de l'arrêt ou non des travaux du complexe religieux de Saint-Pierre-de-Colombier. À ce jour, faute de réponse de la justice, le chantier se poursuit.

Les travaux de construction du complexe religieux de Saint-Pierre-de-Colombier se poursuivront-ils ? La réponse est oui. La préfète d’Ardèche, Sophie Elizeon, l’a indiqué dans un communiqué publié ce vendredi 20 octobre.  

“À ce stade, les éléments portés à la connaissance de la préfète ne modifient pas la situation. Aussi, l’arrêté préfectoral du 29 novembre 2022 décidant la reprise des travaux reste en vigueur”, peut-on lire dans le document.  

Les acteurs locaux étaient réunis ce jeudi  

Depuis 2018 et le début de la construction du chantier, la validité du permis de construire est remise en question par les militants écologistes des Ami.e.s de la Bourges. Ils craignent une détérioration du site naturel en bordure de rivière et des nuisances liées à l'arrivée massive de pèlerins. 

À lire aussi. Un complexe religieux divise en Ardèche à Saint-Pierre-de-Colombier, on vous explique pourquoi. 

Les actions coup de poing se multiplient depuis pour empêcher la poursuite du chantier. Une première manifestation avait réussi à stopper net les travaux entre octobre 2020 et la fin d’année 2022. Le chantier est relancé depuis le 9 octobre, accélérant la lutte de l’opposition.  

Jeudi 19 octobre, la préfète a indiqué avoir rencontré les différents acteurs du projet, les promoteurs ainsi que les associations défendant l’espèce florale protégée du Réséda de Jacquin, découverte sur le site en mai dernier et à l’origine d’un dépôt de plainte mercredi 11 octobre, pour tenter de trouver une solution.  

Appel au calme en attendant des réponses 

“La préfète de l’Ardèche a demandé à chacune et chacun de prendre ses responsabilités et de respecter le droit, en attendant que la justice rende ses décisions, s’agissant du contentieux en appel pour le permis de construire délivré en 2018 et s’agissant du contentieux au fond pour l’arrêté préfectoral du 29 novembre 2022, qui autorisait la reprise des travaux”. 

Dans un premier communiqué publié mercredi 18 octobre, la préfète expliquait : "pour l'heure, rien ne s'oppose à la poursuite des travaux. Le permis de construire court toujours, suite au jugement du tribunal administratif de Lyon du 23 mars 2023". Pas même l'appel de l'association "pour l'Avenir de la vallée de la Bourges" le 15 mai dernier, jugé "non suspensif" par la préfecture.  

À lire aussi. Chantier religieux de Saint-Pierre-de-Colombier : la préfète réunira jeudi 19 octobre les acteurs pour "faire un point précis sur la situation". 

Le tribunal administratif de Lyon a également "rejeté la demande de référé formulé par l'association visant la suspension de l'arrêté du 29 novembre 2022". Ce dernier abrogeait un précédent arrêté préfectoral de suspension des travaux du 15 octobre 2020. Là encore, l'appel n'interrompt pas le contrat en cours.  

La préfète de l’Ardèche appelle les deux parties au calme, “rappelant que tout trouble à l’ordre public sera immédiatement réprimé par les forces de l’ordre”.