"Liberté, égalité, laïcité", quand l'école redonne du sens aux valeurs de la République et à la laïcité

replay

Le 13 octobre, Dominique Bernard, professeur de français à Arras était poignardé par un terroriste du groupe État islamique. Un an auparavant, c'est Samuel Paty, prof d'histoire qui était assassiné. En France, le principe de laïcité est le fondement de l'école républicaine et les valeurs de notre République sont le socle censé garantir la cohésion sociale.

Les mots "liberté, égalité, laïcité" ont-ils encore du sens aujourd'hui ? Comment sont-ils partagés et transmis à l'école ? Tourné dans différents établissements scolaires, un an après l'assassinat de Samuel Paty, le film de Jean Crépu donne la parole aux élèves et aux enseignants. Une vraie leçon d'instruction civique encore plus nécessaire aujourd'hui.

" Je suis croyant à rien, dit un môme de CM2. Mais dans la classe, il y en a qui croient et chacun est libre de croire ou pas. Moi, ça ne me gêne pas".

Ce serait tellement simple si tous raisonnaient comme cet enfant. En une phrase, il pose le principe de laïcité dans lequel "chacun est libre de croire ou de ne pas croire". C'est l'un des fondements du système éducatif français depuis la fin du XIXe siècle. Et si la laïcité est un principe de l'école, c'est parce qu'elle instaure l'égalité de tous au regard de la loi commune, d'exercer librement un culte et d'exprimer son attachement aux principes républicains. 

Qu'en reste-t-il aujourd'hui ? Comment les valeurs de la République sont-elles comprises et transmises aux adultes de demain ? C'est l'un des défis de l'Éducation Nationale.

Jean Crépu, le réalisateur de "Liberté, égalité, laïcité" est allé à la rencontre d'élèves de CM2 et de collégiens. Il a choisi des établissements où la mixité culturelle n'est pas qu'une vue de l'esprit. C'est le cas au collège Geneviève Anthonioz de Gaulle à Cluses. Près de 1000 élèves, de tous milieux et de toutes origines. Un mélange commencé dans les années 70 avec l'arrivée, liée à l'industrialisation, de populations étrangères. Béatrice, prof de maths à la retraite, se souvient : " À l'époque, on ne parlait pas de vivre ensemble, mais de faire ensemble. Et on faisait ensemble. Aujourd'hui, c'est bien d'endosser les valeurs de la République, de les apprendre, mais c'est mieux de les incarner".

" Le principe républicain de laïcité n'est pas soumis à interprétation. Il y a des lois"

Sami, prof d'histoire-géo

Sami en a fait son combat : " La laïcité est une ligne de conduite, un principe. Nous, les enseignants, représentons l'État. Nous nous devons d'être exemplaires. Moi, mon travail au collège, c'est de faire en sorte que les élèves comprennent que ce principe n'est pas là pour les empêcher de pratiquer telle ou telle religion, mais pour les protéger eux et tous les autres. Le principe républicain de laïcité n'est pas soumis à interprétation. Il y a des lois."

La transmission passe par des heures dédiées. Des cours d'instruction civique où le propos fait débat. Il y est question de liberté d'expression, de tolérance. Et quand l'assassinat de Samuel Paty est évoqué, les adolescents sont dans le mélange des genres : " Moi, je suis musulman et perso, je n'aime pas qu'on montre des caricatures du Prophète. Mais on ne tue pas pour ça" dit un élève. "Moi, je suis contre. Dans notre religion, on n'a pas le droit de montrer des images du Prophète" complète une jeune fille. Et un autre de rajouter : " Samuel Paty n'a pas montré ces images pour dénigrer, mais pour dire qu'en France, on peut dire ce qu'on veut, contrairement à beaucoup d'autres pays". C'est à partir de ces échanges, que l'enseignant explique et réexplique que les principes religieux n'ont pas leur place dans l'école laïque, qu'il est nécessaire d'apprendre à faire la différence entre croyances et vérités.

Et l'on comprend bien, dans le film de Jean Crépu, que si les élèves arrivent à théoriser petit à petit le principe de laïcité, la route est encore longue. Mais ces débats, cette mixité ne sont-ils pas l'essence même de la démocratie ? 

Le propos du film n'est pas de faire de l'angélisme, ou du politiquement correct. Il donne à voir et à entendre tous ces gamins et leurs enseignants à qui on demande d'incarner les valeurs de la République, dans une société qui n'est pas égalitaire.

"Liberté, égalité, laïcité", un film Jean Crépu, coproduit par France tv/Veilleur de nuit production, à voir ce vendredi 20 octobre à 9h00 sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes et disponible sur france.tv.

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité