Confinement en Ardèche : un restaurateur affiche complet avec son menu de Pâques à emporter

Marre de faire la cuisine depuis un mois que vous êtes confinés ? Envie d'un restaurant en ce dimanche ? En Ardèche, un chef de Chandolas propose des menus spéciaux à emporter pour ce week-end de Pâques. Des repas avec agneau qui partent comme des petits pains.

Un aubergiste de Chandolas, en Ardèche méridionale, propose un menu à base du traditionnel agneau, à emporter pour fêter Pâques à la maison. Avril 2020
Un aubergiste de Chandolas, en Ardèche méridionale, propose un menu à base du traditionnel agneau, à emporter pour fêter Pâques à la maison. Avril 2020 © FTV
Dans son auberge de Chandolas, le chef est comme à son habitude... aux fourneaux. Au menu de Pâques cette année : un velouté aux asperges du village, suivi de l'agneau d'Ardèche bien évidemment, accompagné de gratin dauphinois, et pour finir une tartelette aux fruits.

En cette période de confinement, Dominique Rignagnese a fait le pari d'accueillir plus d'une centaine de clients durant ces fêtes pascales. "Je me suis dit, on verra bien, même si je me trouvais bien ambitieux. Et en fin de compte, les réservations n'ont cessé d'arriver. J'ai même du repasser commande d'un peu de marchandises" confie le chef restaurateur.
 

Menu de Pâques, à emporter


11 heures, début de service. Les premiers clients arrivent.  Un homme se présente sur le pas de la porte. "Bonjour ! C'est à quel nom ?" Mais pas question d'aller plus loin et de s'asseoir dans la salle du restaurant. Les convives du jour n'en sont pas moins contents de ce service "à distance".

"Voilà, tout est dedans". Un sac est tendu avec à l'intérieur, le menu complet bien empaqueté. "Merci bien !"
En repartant, une dame masquée et visiblement ravie lance : "j'avais envie de fêter Pâques et de soutenir ces aubergistes. Cela m'évite de cuisiner. Pour moi, c'est merveilleux."

 
durée de la vidéo: 01 min 47
Repas de Pâques à emporter
 

Garder le rythme, pour l'après confinement


Même si l'auberge est fermée au public et que la salle du restaurant est vide depuis le début du confinement, Dominique Rignagnese n'a pas cessé de travailler. Tout en s'activant à sortir l'agneau du four puis à le découper, le chef  explique : "On n'est pas habitué à cela, surtout dans les toutes petites entreprises, là où on est toujours à fond, et où on ne compte pas les heures. Il faut que l'on garde ce rythme-là. Je crois que c'est important pour l'après..."


En ce week-end pascal, le "drive-in" de l'auberge des Murets affiche complet, jusqu'à lundi soir.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
alimentation société économie solidarité
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter