Gaz cancérigène chez Tetra Médical: le parquet de Privas ouvre une enquête préliminaire

Des dizaines d'ex-salariés de l'entreprise Tetra Médical, à Annonay (Ardèche), accusent leur ancien employeur de les avoir exposés à un gaz cancérigène, l'oxyde d'éthylène. Ils affirment avoir travaillé sans protection et sans être informés des dangers. Une enquête préliminaire est ouverte ce 3 mars.

Le paquet de Privas annonce avoir ouvert une enquête préliminaire pour mise en danger de la vie d'autrui. "L'enquête sera confiée à la région de gendarmerie, qui saisira l'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique (Oclaesp), et à la direction du travail", a déclaré ce 3 mars à l'AFP, Cécile Deprade, procureure de Privas. 

Tetra Médical, fabricant de matériel médico-chirurgical, liquidé depuis un an, aurait-il intoxiqué ses salariés ? C'est ce qu'avancent plusieurs dizaines d'anciens salariés de l'usine à Annonay en Ardèche. 

La société, qui employait 160 personnes dans ce laboratoire ardéchois, produisait des dispositifs médicaux à usage unique (compresses, kits chirurgicaux), stérilisés en utilisant de l'oxyde d'éthylène. 

Ce gaz incolore est classé "cancérogène, mutagène et reprotoxique"  (CMR) par les agences sanitaires françaises et européennes depuis le Règlement 1272/2008. Cette molécule a été interdite récemment dans la stérilisation des additifs alimentaires. Mais elle est utilisée dans des activités comme celles de Tetra Médical.

Simplement vêtus d'une blouse, les salariés exposés au processus de stérilisation n'auraient eu ni masque, ni gant. Et ils n'auraient pas été avertis de la dangerosité de ce gaz.

Depuis octobre 2022, près d'une centaine de témoignages d'anciens salariés recueillis par l'union locale de la CGT font état de graves maladies comme des cancers, des leucémies y compris touchant les enfants d'anciennes salariées.

L'avocat des ex salariés du laboratoire a déposé 51 dossiers devant les prud'hommes d'Annonay pour "préjudicie d'anxiété". 

Tetra Médical a été placé en liquidation judiciaire avant de fermer ses portes en février 2022.

Avec AFP

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité