Les habitants de Rosières (Ardèche) excédés par un chantier de déviation interrompu il y a 20 ans

Avec 14000 véhicules par jour, la rue principale de Rosières est dangereuse pour ses habitants. Un piéton a été grièvement blessé le 4 septembre par une voiture. Le maire en appelle à l'Etat, la Région et le Département.
A Rosières, une dame exprime son impuissance et sa colère devant ce passage piéton qui traverse leur village. "Le monsieur sortait, il traversait. Il y a une voiture qui est arrivée et elle l'a projeté à l'autre passage piéton là-bas". Un drame de plus dans cette commune, située sur l'axe Aubenas-Alès.
Il y a 20 ans, une sortie a été construite au rond-point de l'entrée nord de Rosières pour permettre la création d'une déviation. Mais cette sortie s'arrête après 10 mètres, dans un terrain acquis par le village. Et depuis, plus rien, sauf que le trafic et la population de Rosières ont augmenté. Ainsi, 14000 véhicules traversent la commune chaque jour.
 

"Il y a une densification du bâti" constate Matthieu Salel, le maire de Rosières qui compte 1200 habitants contre 1000 il y a 20 ans. "Si ce projet de déviation était nécessaire lors de son étude il y a 30 ans, il l'est toujours."
L'édile souhaite inviter rapidement les représentants de l'Etat, de la Région et du Département autour d'une table pour sortir de l'impasse.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
routes économie transports sécurité routière société sécurité travaux publics circulation accident faits divers