"Je ne pensais pas qu'un tel endroit existait encore", à Borée, Nica Stapel a trouvé le paradis sauvage dont elle rêvait

À Borée, au cœur des monts d'Ardèche, portrait d'une éleveuse de chevaux lusitaniens. ©France 3 Rhône Alpes

Au coeur des monts d'Ardèche, à Borée, Nica Stapel a trouvé le paradis sauvage dont elle rêvait. Dans des paysages d'une sidérante beauté, elle élève depuis dix ans des chevaux lusitaniens. Portrait d'une femme qui aime l'isolement mais pas la solitude, là où la vie est rudement belle.

"On est arrivés ici au printemps, on a été éblouis par ce qu'on découvrait, les montagnes qui surgissaient d'une mer de nuages à nos pieds. Je ne croyais pas qu'il existait encore des endroits pareils, si beaux, si sauvages. Ni qu'il était possible pour moi de m'y installer avec mon compagnon..." Il est encore très présent, cet émerveillement que Nica Stapel a ressenti il y a dix ans en découvrant les hauteurs de Borée, en Ardèche.

Un village d'une dizaine de maisons, accroché au flanc d'une colline à plus de 1000 m d'altitude, là où l'Ardèche et le Haute Loire se disputent la burle et la neige l'hiver. Le massif du Mézenc est tout proche et l'immensité des paysages est ponctuée par les sucs, ces étranges dômes volcaniques uniques en Europe. "Ici je suis chez moi..." reconnaît Nica. "Il y a 20 ou 30 ans, je n'aurais pas pu m'y installer parce qu'il n'y avait pas les moyens de communication d'aujourd'hui. Et puis j'étais une citadine..."

Une vraie fille des grandes villes, Bruxelloise de naissance puis Parisienne pendant plus de 25 ans. Paris où elle a fait ses études, où elle a rencontré ses amis, où elle a démarré sa vie professionnelle et acheté un appartement. "J'ai toujours beaucoup aimé la nature et les animaux. Dès l'enfance, j'ai découvert les chevaux et l'équitation. Une vraie passion dont je voulais faire mon métier mais la fin de l'adolescence, j'ai dû privilégier mes études. Et oublier les chevaux..."

Un endroit sauvage comme une île en montagne

Sa passion est revenue lors d'un changement de vie. Adieu Paris ! Nica vient alors de vendre l'entreprise qu'elle avait créée et avec son compagnon, ils sont à la recherche de l'endroit sauvage et beau où ils pourront s'installer. Et c'est à Borée qu'ils le trouveront.

Y élever des chevaux, c'était pour Nica la suite logique de ce changement de vie. Pas n'importe quels chevaux. Des lusitaniens, des chevaux originaires du Portugal. "Je rêvais d'un grand cheval noir et je suis tombée amoureuse d'un petit cheval gris..." s'amuse Nica. Des chevaux à la fois raffinés et rustiques, qui se sont parfaitement adaptés au climat souvent rude de ces montagnes d'Ardèche. "Ce sont des chevaux nobles, fiers et coopératifs. Ils sont parfaits pour le dressage !"

Dans sa grande maison confortable qui surplombe tout le paysage comme une île en montagne, Nica n'a pas pour autant rompu avec sa vie d'entrepreneuse. Elle a fondé Foal R, une "marketplace", une plateforme de vente en ligne de saillies d'étalon, qui met en relation les éleveurs de chevaux et les propriétaires d'étalons.

"Le principe de marketplace n'existait pas dans ce domaine or il y avait un vrai besoin. Et je peux tout gérer de chez moi, avec internet et tous les outils numériques. Ça me permet de concilier vraiment ma vie d'avant et celle d'aujourd'hui. Je suis bien consciente que j'ai beaucoup de chance..." conclut Nica.

La preuve qu'on peut aujourd'hui vivre à la fois au bout et au cœur du monde...