Assises de Savoie : José Evangelista condamné à 23 ans de prison

© France 3 Alpes
© France 3 Alpes

 José Evangelista était jugé en appel pour l'assassinat de l'amant de sa femme. 25 ans de réclusion avaient été requis à l'encontre de l'ancien conseiller municipal. Il a 5 jours pour se pourvoir en cassation...

Par France 3 Alpes avec AFP

La peine est assortie de l'interdiction de détenir une arme pendant 15 ans. La cour d'assises de Savoie a aggravé la peine de 20 ans prononcée en première instance, mais elle restée en deçà des réquisition de l'avocate générale, Nathalie Hermitte, qui avait demandé 25 ans de prison.

"Ce qui est sûr, c'est qu'il était de l'autre côté du canon de l'arme" le 27 mai 2014, avait-elle affirmé, reconnaissant toutefois "des zones d'ombres".

"José Manuel Marta Evangelista n'est pas l'ennemi public n°1", avait concédé l'avocate générale Nathalie Hermitte, qui avait toutefois demandé que soit retenue la préméditation.

"Oui, il y a des zones d'ombre", a-t-elle admis. Par exemple, est-ce que Jean-Luc Thiebaut "était assis ? debout ?", lorsqu'il a été assassiné sur le parking d'une entreprise, là où il avait rencontré la première fois la femme de l'accusé.

Le corps du charpentier de 54 ans avait été retrouvé dans un trou creusé à Saint-Jean-de-Tholomé (Haute-Savoie) le 30 juin 2014.

Reconnaissant avoir été "toujours jaloux", l'accusé, âgé de 51 ans, condamné en première instance à 20 ans de réclusion, a répété durant son procès en appel n'être "pour rien" dans le crime. 

L'éventuelle participation d'un complice, évoquée lors de l'audience, était aussi en question. "S'il y a un complice, c'est pire. Je suis triste que l'enquête n'ait pas pu le démontrer. Mais ça n'enlève rien de la responsabilité de l'accusé. Même seul, c'est faisable", a estimé la magistrate.

L'avocate générale a aussi relevé des éléments troublants comme le téléphone du défunt qui suit, après sa mort, la trajectoire de celui de l'accusé ou encore les étranges SMS post-mortem envoyés à Fabienne Marta Evangelista.

"Il est impossible que la personne envoyant ces SMS soit absolument étrangère au couple Evangelista, il faut que cette personne connaisse l'intimité du couple. C'est quelqu'un qui sait exactement les hésitations de Fabienne Marta Evangelista", sur son projet de quitter ou non son mari, a dit Mme Hermitte.

"C'est tordu d'envoyer ces SMS. Jean-Luc Thiebaut est mort. José Manuel Marta Evangelista a gagné, mais il faut que sa femme lui dise encore "je l'ai abandonné", a-t-elle asséné.

Du côté de la défense, Me Sylvain Cormier a pour sa part estimé qu'"un amoncellement d'indices ne fait pas la culpabilité".

"Il n'y a rien qui prouve que c'est José qui a commis ce qu'on lui reproche. Nous avons une sorte de mosaïque disparate, il manque les éléments les plus élémentaires", a-t-il poursuivi, ajoutant qu'on ne savait "rien de la manière dont s'est passé ce drame".


Lors de cette audience en appel, l'avocat avait rappelé que si l'accusé a bien admis une fois sa responsabilité au cours de sa garde à vue ,avant de se rétracter , ce dernier avait dit aux gendarmes : "J'avoue c'est moi qui l'ai planté". Or, la victime a été tuée par arme à feu.

Plaidant l'acquittement, son conseil avait interrogé la cour : "s'il est coupable, pourquoi inventer un coup de couteau ? ça change quoi ?".

Les avocats des parties civiles ont fait part de leur satisfaction. "La famille est soulagée de voir que la justice est passée et que leurs souffrances ont été reconnues", a ainsi réagi Me Pauline Cornut. "Elles vont pouvoir tourner la page", a complété Me Anabelen Iglesias.

Mais pour la défense, "c'est une énorme déception", a indiqué Me Sylvain Cormier, l'avocat de M. Evangelista. "La peine est inférieure aux réquisitions mais elle ne nous satisfait pas."

"Il n'y a aucun élément dans ce dossier permettant de prouver la préméditation et le guet-apens, et nous n'avons pas non plus été entendus sur l'innocence de José", a-t-il ajouté. "Le combat continue, cette affaire n'a pas livré tous ses secrets, il y aura d'autres rebondissements".

Réaction recueillie par Jérôme Ducrot & Dominique Semet
Maître Sylvain Cormier
Réaction de Maitre Sylvain Cormier, avocat de José Evangelista


Sur le même sujet

Maître Sylvain Cormier

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés