Cet article date de plus de 7 ans

Au château de Vizille, l'Art du Portrait sous la Révolution signé Laneuville et Martin

Un autre regard sur celles et ceux qui ont traversé la révolution..Le Musée de la Révolution Française de Vizille en Isère propose un " Face à face" inédit à travers les oeuvres de 2 artistes méconnus, l'un parisien, l'autre grenoblois, spécialisés dans l'art du portrait.
Face à face, c'est le titre de cette exposition temporaire au Musée de la Révolution Française, un face à face entre peintures et sculptures, entre 2 hommes, le parisien Laneuville (1756-1826) et le grenoblois François-Joseph Martin, dit Martin de Grenoble (1761-1804). Deux hommes qui ne se sont jamais rencontrés mais qui ont un point commun, dans leur approche du portrait : une représentation franche et réaliste, loin des codes et des artifices utilisés jusqu'alors.

Dans les salles du Musée, une trentaine de personnages singuliers, dévisagent ainsi le visiteur, des bustes d'hommes et de femmes, la plupart inconnus, toisent des notables, des avocats, des négociants.. A travers cette exposition, c'est aussi toute l'histoire de l'art du portrait. D'abord réservé à une élite, il s'est démocratisé au fil des transformations culturelles et sociales de l'époque. "Le portrait est à cette époque-là devenu un véritable enjeu de société" explique Alain Chevalier, Conservateur en chef du Musée " c'est sous la Révolution qu'est apparu le premier portrait d'un homme du peuple".

Reportage de Marie Michellier , Maxime Quemener & Thao Huynh
durée de la vidéo: 02 min 10
Exposition au château de Vizille

Pour mettre en place cette exposition, le Musée a travaillé plus d'un an en amont pour retrouver trace des oeuvres de ces artistes dont certaines proviennent de collections privées. C'est en mettant une petite annonce dans la Tribune de l'Art qu'il a notamment retrouvé une pièce maîtresse de Martin de Grenoble, un buste de Marat signé en 1791..Un tour de force tant les documents et les archives étaient rares. Avis aux amateurs, jusqu'au 27 octobre au Domaine de Vizille.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture