Découvrez les rues d'Aurillac sous un ciel de parapluies

Jusqu’à début octobre, un ciel de parapluies colorés flotte dans deux rues de la ville d’Aurillac. Un joli arc-en-ciel qui accompagnera les passants durant tout l’été et qui rend aussi hommage au personnel soignant.
 

Cet été, pour la 4e année consécutive, deux rues d'Aurillac se parent de jolis parapluies colorés.
Cet été, pour la 4e année consécutive, deux rues d'Aurillac se parent de jolis parapluies colorés. © Lydie Ribes / FTV

C’est une tradition qui égaye le centre-ville d’Aurillac. Pour la quatrième année consécutive, un ciel de parapluies colorés flotte dans les rues Victor Hugo et Emile Duclaux de la capitale cantalienne. Depuis le 19 juin et jusqu’à fin octobre, les passants pourront déambuler dans ces rues à l’ombre de plus de mille de parapluies de la maison Piganiol, fabricant local mondialement reconnu.

L’entreprise a même fourni des parapluies pour agrémenter la place du Salut. Sur cette place, les parapluies rendent hommage au personnel soignant, en première ligne pendant l’épidémie de coronavirus COVID 19. On peut même lire un « merci » sur certains parapluies représentant cette profession mise à rude épreuve.

Dans les rues d'Aurillac, certains parapluies rendent hommage au personnel soignant qui a oeuvré pendant l'épidémie de coronavirus COVID 19.
Dans les rues d'Aurillac, certains parapluies rendent hommage au personnel soignant qui a oeuvré pendant l'épidémie de coronavirus COVID 19. © Lydie Ribes / FTV

Et si vous ouvrez bien l’œil, vous pourrez retrouver un visage recouvert d’un masque. Il s’inspire d’un visuel créé par le grapheur Pierre XzXz, qui officie habituellement dans le cadre du festival du 10e art.
 

Avec cette initiative, Aurillac veut montrer son attachement au parapluie. Au XIXe siècle, plusieurs fabriques de parapluies se sont développées dans la cité cantalienne. Au XXe siècle, la ville est même devenue la première productrice de France. L’histoire du parapluie d’Aurillac a connu bien des soubresauts, alternant phases d’essor et de déclin, marquée par certaines luttes sociales, notamment la question de l’émancipation féminine au début du XXe siècle. Mais c’est une tradition toujours vivace, perpétuée aujourd’hui par trois entreprises locales.

Une belle pub pour la ville

La structure des parapluies est réutilisée d'une année sur l'autre : seule la toile est changée. L’opération coûte près de 15 000 euros à la mairie d’Aurillac. Elle assure surtout un joli coup de publicité car c’est un bon support de communication sur les réseaux sociaux. On devrait retrouver à coup sûr des clichés de parapluies sur le comptes Instagram de nombreux touistes déambulant dans les rues de la capitale du Cantal.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tourisme économie insolite
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter