• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Présence du loup dans le Cantal, comment les éleveurs s'organisent

Dans la nuit du samedi 13 juillet, une brebis aurait été tuée par un loup au-dessus de la station du Lioran, dans le Cantal. Depuis, les éleveurs doivent changer leur fonctionnement en pleine période d’estive. / © Christian Darneuville / France 3 Auvergne
Dans la nuit du samedi 13 juillet, une brebis aurait été tuée par un loup au-dessus de la station du Lioran, dans le Cantal. Depuis, les éleveurs doivent changer leur fonctionnement en pleine période d’estive. / © Christian Darneuville / France 3 Auvergne

Dans la nuit du samedi 13 juillet, une brebis aurait été tuée par un loup au-dessus de la station du Lioran, dans le Cantal. Depuis, les éleveurs doivent s'adapter en pleine période d’estive.
 

Par AA avec Christian Darneuville

Depuis samedi 13 juillet, dans le Cantal, les éleveurs de brebis sont inquiets. Cette nuit-là, une brebis aurait été tuée par un loup au-dessus de la station du Lioran. Il faut donc tout réorganiser en cette période d’estive, notamment avec les « boiteuses », ces bêtes qui ont du mal à marcher, pour cause de blessure par exemple. Ce sont des proies faciles qu’il faut protéger et redescendre dans la vallée. 
« Quand il y en a qui boitent, généralement, elles se remettent à marcher doucement au quotidien et avec le temps ça se régule tout seul, explique Philippe Martial, éleveur à Bagnac-sur-Célé (46) et membre de l’association des Estives du Lioran. Mais là avec le contexte et la présence du loup, ces animaux qui ont plus de mal à se remettre, et à se déplacer, sont plus sujets à devenir la proie ». 
 
 

Pas d’estive pour certaines bêtes

Mais pour pouvoir attraper ces animaux, il faut parquer les 800 chèvres et brebis, avec les filets utilisés la nuit. « Normalement, les bêtes devraient être là-haut et passer la nuit tranquillement, évoque Bruno Cordier, berger professionnel. Le matin, le berger monte à la crête et on va les faire manger la journée. On ne peut plus le faire maintenant, c’est pour ça qu’on a des parcs maintenant pour qu’elles puissent passer la nuit. C’est juste des parcs où elles ruminent »

Ils sont une douzaine d’éleveurs à avoir constitué le troupeau et ont décidé d’embaucher un berger. Tous sont convaincus que c’est un loup qui est responsable de l’attaque. « C’est embêtant parce que ça change notre manière de fonctionner pour le berger, ajoute Yannick Champaix, éleveur à Allanche et président de l’association des Estives du Lioran. Les boiteuses, on est obligé de les ramasser. Donc ça va changer le fonctionnement de l’estive ». Selon l'Office national de la chasse et de la faune sauvage, "la présence du loup est à nouveau attestée sur les "Monts du Cantal", qui réapparaît comme une zone de présence permanente à l'issue du dernier bilan hivernal 2018/2019"

Le troupeau est arrivé sur l’estive le 16 juin dernier et devrait rester sur place jusqu’à la fin du mois de septembre voire le début du mois d’octobre. 
 
 

Sur le même sujet

Puy-de-Dôme : Près de 4000 visiteurs se sont rendus à la fête de la myrtille

Les + Lus