• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Pro D2 : face à Bayonne, Aurillac n'a pas la cote

© Capture d'écran Parions Sports
© Capture d'écran Parions Sports

A 48 heures de la finale d'accession en Top 14, les parieurs ont déjà fait un choix, pas forcément très tranché, mais légèrement en faveur de l'Aviron Bayonnais. Au moment de mettre une pièce sur une des deux équipes, le Stade Aurillacois a moins la cote.

Par Stéphane Moccozet

Relégué en fin de saison dernière du Top 14 à la Pro D2, l'Aviron Bayonnais n'est plus qu'à 80 minutes de retrouver l'élite du rugby français. Aux yeux des parieurs, c'est même clairement le favori de la finale qui l'opposera, samedi (16h15, France 3), au Stade Aurillacois.

Bayonne clairement favori, mais pas franchement

Quand on compare les cotes d'un site de paris en ligne à l'autre, on constate que l'écart entre les deux formations n'est pas flagrant. Les Aurillacois n'apparaissent jamais comme étant les favoris de la rencontre mais on a le sentiment qu'un doute persiste quant à la capacité des Basques à s'imposer dans cette ultime confrontation de la saison.

Miser sur une victoire de Bayonne ne devrait pas rapporter beaucoup en cas de victoire des Basques. En revanche, celui qui serait tenter de faire confiance aux Auvergnats et de leur confier la gestion de leur investissement pourrait, au minimum, doubler la mise. La cote la plus faible du Stade Aurillacois est de 2,45 sur le site de Bwin quand la plus élevée est de 2,85 chez Winamax, Parions Sport et Unibet. Les Cantaliens sont cotés à 2,77 chez Netbet et France Pari, à 2,70 sur le site du PMU et de 2,65 sur Betclic.


Le match nul pour la prise de risque

Avec des cotes allant de 1,30 pour la plus basse à 1,40 pour la plus haute, l'Aviron Bayonnais apparait comme une valeur sûre mais celle sur laquelle il faut miser si on cherche un gain digne de ce nom. En revanche, si vous aimez la prise de risque, le match nul à la fin du temps réglementaire peut vous permettre de remporter de 13,5 à 20 fois la mise...


Sur le même sujet

Loire : "l’Expression de soie" au Musée des tresses et lacets

Les + Lus