Le Stade aurillacois s'impose face à Oyonnax et honore la mémoire de Louis Fajfrowski

Un peu moins de dix jours après le décès brutal de son jeune trois quarts Louis Fajfrowski, le Stade aurillacois est parvenu ce 19 août à vaincre Oyonnax, l'une des équipes favorites de Pro D2.

Pour rendre hommage à Louis Fajfrowski, sa compagne Margot et son frère Paul ont donné le coup d'envoi fictif du match face à Oyonnax
Pour rendre hommage à Louis Fajfrowski, sa compagne Margot et son frère Paul ont donné le coup d'envoi fictif du match face à Oyonnax © P. Desmazes / AFP Photo
C'est dans l'émotion et l'adversité que la mémoire de Louis Fajfrowski a été honorée ce 19 août. Pour la reprise de la Pro D2, ses coéquipiers du Stade aurillacois sont parvenus à surclasser Oyonnax, vainqueur du championnat il y a deux saisons. À domicile, poussés par leur public, ils ont démontré un courage et une endurance exemplaires pour sortir victorieux des 80 minutes.

L'avant-veille, vendredi 17 août, les joueurs cantaliens assistaient aux obsèques du jeune trois quarts. Elles se sont déroulées dans l'Hérault, à Fabrègues, où est né Louis. Il avait succombé à un malaise le 10 août pendant un match, suite à un plaquage. L'autopsie effectuée le 13 août n'a pas permis d'établir un lien certain entre cette action de match et le décès. Des analyses complémentaires, dont les résultats ne sont pas attendus avant un mois et demi, devront élucider les causes de la mort.
   

Au bout de l'effort


Avant le début du match, une minute d'applaudissement a été observée, en souvenir du joueur disparu. Puis ce sont sa compagne Margot et son frère Paul qui ont donné un coup d'envoi symbolique. De nombreuses banderoles en son honneur étaient visibles dans les tribunes, agitées par des supporters toujours émus.
 

S'agit-il de la force du désespoir ou d'une volonté commune d'honorer leur coéquipier, les rouges et bleus ont livré un match mémorable. Avec leur nouveau maillot sur les épaules, sur lequel figurent les initiales LF au-dessus du logo du club, ils ont planté un essai dès la 2ème minute de jeu. Et après seulement 20 minutes, le Stade aurillacois menait déjà 17 à 3.

Il a ensuite fallu tenir une heure, et résister aux assauts des refoulés du Top 14, qui revenaient progressivement au score. 20 à 6, puis 20 à 12 ... les Cantaliens ont joué les 17 dernières minutes du match avec un score de 20 à 19, et la menace d'un renversement de situation au moindre point marqué. Il n'en fut rien, et le stade Jean-Alric a pu laisser exploser sa joie avec une première victoire amplement méritée pour cette reprise de championnat, et surtout, un bel hommage à Louis Fajfrowski.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
stade aurillacois rugby sport hommage société