• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Dans le Cantal, des collégiens créent un système de mobilité par la pensée

Photo d'illustration / © Pixabay
Photo d'illustration / © Pixabay

Sensibilisés aux difficultés de mobilité rencontrées par des patients atteints de sclérose en plaques, des élèves du collège du Sacré Coeur à Riom-ès-Montagnes dans le Cantal, se sont impliqués dans un projet scientifique qui mobilise toute la communauté éducative.

Par A.B.

De la 6ème à la 3ème, 34 élèves soit 50 % de l'effectif du collège, est impliqué dans ce projet. Ainsi depuis la rentrée chaque semaine, ces collégiens bénéficient de 2 heures supplémentaires d'enseignement scientifique.

Depuis septembre dernier, ils peuvent grâce à la visio-conférence, participer à un cours de neurosciences appliqué avec le docteur Thévin. Cet ingénieur en sciences cognitives, docteur en informatique à l'université de Grenoble, a fait le déplacement jusqu'en Auvergne pour faire la démonstration de l'utilisation d'un casque électro-encéphalogramme.

L'objectif : piloter un fauteuil par la pensée


A Riom-ès-Montagnes, la présence de plusieurs établissements de santé sur la ville a permis de sensibiliser la population et donc les enfants aux problème du handicap, et plus particulièrement aux difficultés d'autonomie que rencontrent des personnes atteintes de sclérose en plaques.

Piloter un fauteuil roulant par la pensée, le défi est de taille mais grâce au casque électro-encéphalogramme, nos cogniticiens en herbe perçoivent ce que pourrait être la concrétisation du projet. Ils ont déjà programmé des robots qui miment un fauteuil roulant, fauteuil qui devra entre autre, détecter un obstacle et le vide.

Dans le Cantal, des collégiens créent un système de mobilité par la pensée
Sensibilisés aux difficultés de mobilité rencontrées par des patients atteints de sclérose en plaques, des élèves du collège du Sacré Coeur à Riom-ès-Montagnes dans le Cantal, se sont impliqués dans un projet scientifique qui mobilise toute la communauté éducative. Intervenants : Sandra Dubest Bourion, bénévole atelier scientifique ; Nina (celle de gauche) et Lucie (à droite) ; Lauren Thevin ; Mathieu, Lauren Thévin, Dr en informatique-Ingénieure Cogniticienne ; Mickaël Bourion , directeur du collège - France 3 Auvergne - BERNARD Claude, RIBES Lydie et ORDAS Brice

A l'origine dans ce collège il y avait un club science, désormais le projet scientifique est un parcours intégré dans le cursus scolaire. C'est dans le cadre de l'opération "Les Savanturiers du cerveau" que Lauren Thevin est devenue la marraine de ces collégiens de Riom-ès-Montagnes. Le projet scientifique du collège du Sacré Coeur a été validé pour 4 ans.


Sur le même sujet

Givors : Réactions exaspérées des automobilistes

Les + Lus