• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Cantal : un éleveur de Salers s’attaque aux gaz à effet de serre

La ferme de Bernard Ginalhac, à Leynhac dans le Cantal, est une des exploitations inscrites dans le programme Européen Beef Carbon / © Claude Bernard
La ferme de Bernard Ginalhac, à Leynhac dans le Cantal, est une des exploitations inscrites dans le programme Européen Beef Carbon / © Claude Bernard

La filière élevage et viande ouvre ses portes à l’occasion de  Made in Viande. Une opération destinée à valoriser le travail des éleveurs. Rencontre avec Bernard Ginalhac, A Leynhac dans le Cantal,  un éleveur de Salers qui a décidé de réduire l'empreinte carbone de son troupeau.

Par Claude Bernard

Eleveur de vaches salers à Leynhac, dans le Cantal de Bernard Ginalhac s’est lancé un défis : réduite l’empreinte carbone se son troupeau, 70 bêtes en système allaitant qui pâturent sur les 70 hectares de son exploitation de la Gardette de Leynhac.
Une exploitation inscrite dans le programme Européen Beef Carbon, dont l’objectif est de diminuer les émissions de gaz à effet de serre. Pour optimiser sa démarche, Bernard Ginalhac est conseillé par un ingénieur qui après avoir établi un diagnostic lui a proposé un plan d'actions.
Parmi elles, la mise en place du pâturage tournant, mais aussi le rajeunissement des vaches pour le vêlage, la plantation de haies, le broyage de plaquettes pour la litière ou la gestion du lisier par bassin tampon…
Une démarche est environnementale aux vertus aussi économiques.

« On s’est aperçu qu’il y avait une corrélation positive entre les résultats économiques de l’exploitation et l’empreinte carbone, explique Bernard Ginalhac. Donc si on fait bien son travail, si on a de bons résultats, il y a tout lieu de penser qu’il y aura une empreinte carbone faible ».

Les initiatives comme celles de Bernard sont suivies avec grand intérêt par la chambre d'agriculture du Cantal.


Des effets contre les effets


« Je pense qu’à tous les niveaux on peut faire des efforts, notamment dans l’élevage laitier, soutient Eric Fabre, président d'Interviande Cantal. En l’occurrence ici on est sur une exploitation de vaches allaitantes, on est un département fait à 80% d’herbes, de prairies  naturelles et la prairie naturelle c’est un des éléments qui capte le plus le carbone. Donc oui, je pense qu’on a de l’effet »

France, Irlande, Italie, Espagne… au total 170 fermes innovantes produisant de la viande sont engagées dans le programme Européen Beef Carbon. Objectif sur 10 ans, la mise en place d’un plan d'actions qui devrait permettre de réduire de 15 % l'empreinte carbone de la viande bovine.

Made in Viande
Intervenants: Bernard Ginalhac, GAEC Ginalhac; Eric Fabre, président d'Interviande Cantal Reportage: Claude Bernard, Lydie Ribes; Montage: Dider Robert

 

Les recontres Made in Viande

A l'occasion des Rencontres MADE in VIANDE, la filière élevage et viande a ouvre ses portes au public dans toute la France jusqu'au 6 juin. Un grand évènement festif et inédit où les femmes et les hommes de cette filière reçoivent le public sur leurs lieux de travail afin de lui faire partager leurs métiers, leurs quotidiens et leurs valeurs. L'occasion de découvrir les coulisses des fermes d'élevages, centres d'allaitement, marchés aux bestiaux, entreprises de viande, ateliers de découpe et de transformation, restaurants de collectivités, grandes surfaces, boucheries et triperies artisanales…
Les Rencontres MADE in VIANDE sont également l'opportunité de parler aux jeunes et de leur ouvrir de réelles perspectives d'emploi et de formation. La filière représente en effet près d'un demi-million de professionnels qui travaillent dans un secteur clé de l'économie française et plus de 20 000 emplois sont à pourvoir dans un proche avenir.
http://www.la-viande.fr/made-in-viande/recherche-carte

Sur le même sujet

Le patrimoine ferroviaire roule encore

Les + Lus