Cantal : un veau retrouvé mutilé, les oreilles coupées, à Virargues

Vendredi soir, un éleveur du Cantal, installé à Farges, sur la commune de Virargues, a découvert un de ses veaux mort et mutilé dans son pré. 

Dans cette ferme de Virargues, dans le Cantal, un veau a été retrouvé mort et mutilé dans son pré vendredi soir.
Dans cette ferme de Virargues, dans le Cantal, un veau a été retrouvé mort et mutilé dans son pré vendredi soir. © Anthony Mazié
Comme tous les soirs, vendredi, Marc Blanquet va donner du foin à ses bêtes installées dans plusieurs prés sur la commune de Virargues, dans le Cantal. Au total, il en possède près de 150, des limousines et des aubracs allaitantes. Mais ce soir là, il découvre avec stupeur un de ses veaux mort, allongé sur le sol, les oreilles et les testicules coupés. Il appelle alors la gendarmerie de Murat, qui se rend sur place avec un vétérinaire pour pratiquer une nécropsie. Verdict : les oreilles ont certainement été tranchées de main d'homme, car l'entaille est nette, mais au-delà des mutilations externes, une hémorragie interne est découverte, pouvant laisser penser à un empoisonnement. L'enquête est confiée à la gendarmerie de Saint-Flour.

Mais samedi, rebelotte. Alerté par un voisin, Marc Blanquet découvre dans un autre pré une vache morte, cette fois-ci, sans mutilation. Au sol, il remarque des grains de blé rouge et pense immédiatement à un empoisonnement. Les gendarmes reviennent, mais la nécropsie conclut à une mort naturelle de l'animal. Une affirmation qui ne suffit pas à rassurer l'éleveur : les gendarmes ont bien pris un échantillon de grain rouge pour analyse, mais Marc Blanquet a décidé de faire analyser lui-même ces grains de blé pour en avoir le coeur net. 
 

Maintenant, on vit dans la crainte de tout ! 


Car au delà de la perte de ces deux bêtes en moins de 24 heures, c'est la colère et la crainte qui submergent l'éleveur. "Tout cela, je le vis très mal ! Ca n'allait déjà pas très fort avant, entre les rats taupiers et la sécheresse, mais là, c'est trop difficile. Si quelqu'un s'amuse en plus à venir tuer nos bêtes ! Je me demande si je ne vais pas tout arrêter..."

Depuis plusieurs mois, les cas d'animaux retrouvés dans les prés morts et mutilés, souvent l'oreille coupée, sont de plus en plus nombreux. Le plus souvent, il s'agit de chevaux. Mais depuis quelques semaines, les cas de veaux morts et mutilés commencent eux aussi à faire parler d'eux : en un peu plus d'un mois, cela a été le cas dans le Rhône, en Mayenne, dans le Maine-et-Loire, en Bretagne, dans la Sarthe, en Savoie et en Lozère.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers agriculture économie société