L’écrevisse à pattes blanches a déserté le Cantal

Publié le Mis à jour le
Écrit par Valérie Mathieu .

L’écrevisse à pattes blanches a disparu de bien des rivières du Cantal. Or cette espèce est bio indicatrice de la qualité d'une eau qui finira dans nos robinets. Des associations réalisent un état des lieux de sa présence sur 600 km de cours d'eau pour essayer de favoriser son retour.

Depuis le début de l'été toutes les nuits un petit groupe arpente les affluents de la rivière Alagnon.

Equipés d'un aqua-scope les naturalistes tentent d'observer  des écrevisses à pattes blanches, une espèce qui a commencé à se raréfier il y a trente ans comme le souligne Michel Destannes, le président du Syndicat de Gestion de la rivière Alagnon : "En l’espace d’une année on les a vu diminuer dans des proportions inquiétantes. C’était le début d’une quasi disparition."



La disparition de l'écrevisse à pattes blanches est en partie due à une autre espèce introduite artificiellement par l'homme : l'écrevisse californienne dite signal, porteur sain d’une maladie qui a décimé les écrevisses autochtones.

L’autre cause est la qualité de l’eau qui s’est dégradée.

L’étude sur la présence ou l’absence de ces crustacés dans les cours d’eau permettra de mettre en place des programmes de restauration de la qualité de l’eau.





L'écrevisse à pattes blanches disparaît des cours d'eau du Cantal. Les associations s'inquiètent car cette petite bête est bio indicatrice de la qualité de l'eau. Intervenants : Michel Destannes, Président du Syndicat de Gestion de l'Alagnon; Jacques Chalier, Responsable Environnement Fédération Pêche 15; Guillaume Ponsonnaille, Directeur du "SIGAL" (Syndicat Interdépartemental de Gestion de l' Alagnon)

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité