Les châtaignes cantaliennes victimes du cynips

Au sud de l'Auvergne, la castanéiculture reste pour certains agriculteurs un complément de revenu important. / © France 3 Auvergne
Au sud de l'Auvergne, la castanéiculture reste pour certains agriculteurs un complément de revenu important. / © France 3 Auvergne

C'est le bon moment pour ramasser les châtaignes. Du moins celles qui n'ont pas satisfait l'appétit d'un insecte parasite, le cynips, qui sévit dans les châtaigniers et hypothèque les chances de récoltes. Il en était d'ailleurs beaucoup question dimanche à la foire de Mourjou, dans le Cantal.

Par Céline Pauilhac, Claude Bernard

Déjà touchés l'an passé par l'attaque du cynips, les châtaigniers semblent cette année avoir subi bien plus encore son attaque. Au printemps, cet insecte parasite, une micro guêpe d'origine chinoise, bloque la croissance des bourgeons. Les châtaigniers cantaliens sont par endroit, très touchés. "On a déjà 50% de production en moins, donc d'ici une dizaine d'années c'est clair qu'on aura plus rien", s'inquiète Annie Vigier.

Pour les producteurs de châtaignes auvergnats, l'espoir vient des castanéiculteurs du Lot. Leurs châtaigniers sont victimes du cynips depuis plus longtemps et la situation semble s'arranger. "On a été touchés il y a 3 ans. L'an dernier on avait vraiment une grosse attaque et cette année on a une attaque moins importante, et ça, ça me donne un peu d'espoir... parce que normalement il faut attendre 7 à 8 ans pour qu'on ait une amélioration", explique Jean-Marc Lacaze.

Visiblement la rareté ne fait pas le prix... Sur la foire de Mourjou (Cantal) dimanche, on trouvait de beaux marrons et de belles châtaignes pour un prix moyen compris entre 3 et 4 euros.

L'économie de la chataigne à Mourjou (15)
Reportage : Claude Bernard, Anne-Claire Huet. Intervenants : Ingrid Vigier, René Lacalmontie, Annie Vigier, Jean-Marc Lacaze.

 

Sur le même sujet

Les + Lus