Le ministre Jacques Mézard inaugure une unité de méthanisation dans le Cantal

Le ministre Jacques Mézard en train d'inaugurer l'unité de méthanisation de Saint-Bonnet-en-Salers dans le Cantal. / © P.Félix/France 3 Auvergne
Le ministre Jacques Mézard en train d'inaugurer l'unité de méthanisation de Saint-Bonnet-en-Salers dans le Cantal. / © P.Félix/France 3 Auvergne

Le ministre de la Cohésion des territoires Jacques Mézard a inauguré, samedi 30 septembre, I’unité de méthanisation de Saint-Bonnet-en-Salers dans le Cantal. Méthaniser les effluents de l'élevage permet de produire un gaz ensuite transformé en chaleur et en électricité.

Par P.Félix et D.Cros

Le ministre de la Cohésion des territoires, Jacques Mézard, en visite dans le Cantal samedi 30 septembre 2017. Il a inauguré l’unité de méthanisation de Saint-Bonnet-en-Salers. C’est la seule existante en Auvergne.

"Je suis convaincu que la méthanisation est un des vrais moyens de demain pour produire de l’énergie mais aussi au point de vue économique pour faciliter le fonctionnement de nombre de nos exploitations agricoles" a déclaré Jacques Mézard.


L’usine de Saint-Bonnet-en-Salers est alimentée par les effluents des fermes proches, des tonnes de lisier issues d'une dizaine d'étables des alentours. Le lisier permet ensuite de produire du gaz méthane. Pour chaque tonne de lisier traité par le méthaniseur, les agriculteurs reçoivent entre 1,5 et 2 euros. 

Le biogaz permet de produire à la fois de l’électricité et de la chaleur. La chaleur produite pourrait trouver plusieurs débouchés établis en partenariat direct avec les acteurs locaux, par exemple :

  • Petites industries et artisanat : industries de transformation fromagère (coopérative laitière de Saint Bonnet), facteur d’attractivité pour les entreprises (zone d’activités des 4 Routes) et chauffage de bâtiments de stockage
  • Collectivités locales : fourniture d’une énergie 30 % moins chère que du propane ou du fuel et dont le prix est prédictible sur 15 ans et autonomie énergétique pour les bâtiments communaux
L’objectif est de déployer plus de 1 MW à horizon 2019 et donc une capacité de traitement de 50 000 tonnes d'effluents de l'élevage par an.


La cuve du méthaniseur de Saint-Bonnet-en-Salers (Cantal). / © P.Félix/France 3 Auvergne
La cuve du méthaniseur de Saint-Bonnet-en-Salers (Cantal). / © P.Félix/France 3 Auvergne


L'une des particularités de cette unité de traitement est son financement. Il émane d'une alliance public/privé. La Communauté de communes du Pays de Salers et la société Salers Biogaz se sont alliés pour trouver les  3,6 millions d'euros nécessaires à sa création. Un projet soutenu notamment par l’Europe (400 000 euros) et l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (188 700 euros).

A Sainte-Eulalie dans le Cantal une seconde unité est déjà en préparation. La construction doit démarrer au cours du 2e trimestre 2017 sur l'espace d'activités 360°. Si l’expérience de ces usines s’avère concluante d’autres pourraient être créées dans les années à venir.





Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Lyon - L'association ALERTE fête ses 40 ans

Près de chez vous

Les + Lus