• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Saint-Flour (Cantal) : les baraquements des gilets jaunes incendiés

Les baraquements installés depuis le 1er décembre route de Murat à Saint-Flour ont été incendiés dans la nuit de dimanche 30 décembre. / © France 3 Auvergne
Les baraquements installés depuis le 1er décembre route de Murat à Saint-Flour ont été incendiés dans la nuit de dimanche 30 décembre. / © France 3 Auvergne

Les faits se seraient déroulés dans la nuit du dimanche 30 décembre, aux alentours de 2 h. Tout a été détruit dans l’incendie. Les gilets jaunes de Saint-Flour, installés depuis le 1er décembre, sont venus constater les dégâts. Désemparés, ils ne comptent pas s’arrêter là pour autant. 

Par Aurélie Albert

La nouvelle est tombée lundi 31 décembre à 7 h du matin. Nono, l’un des organisateurs du mouvement des gilets jaunes à Saint-Flour, reçoit un appel des sapeurs-pompiers. Leurs baraquements, installés route de Murat à Saint-Flour, a été totalement incendié. Il décide alors de venir sur place pour constater les dégâts. « Depuis le 1er décembre, ce lieu rassemblait beaucoup de personnes, on passait beaucoup de temps ensemble et on voulait venir passer le réveillon ici », explique désemparé le gilet jaune. 
L’incendie du « Palais de l’Elysée », comme il a été surnommé, se serait déclaré dans la nuit de dimanche à lundi aux alentours de 2 h du matin. « Nous sommes restés hier soir (dimanche 30 décembre) jusqu’à minuit. On avait plein de matériel sur place : des tables, des chaises, une tronçonneuse, une enceinte qu’on nous avait prêtée, etc. Tout a disparu »
 
Il y avait des tables, des chaises, une tronçonneuse, une enceinte qui leur avait été prêtée. Tout a disparu dans l'incendie de la nuit de dimanche 30 décembre à Saint-Flour. / © Nono (gilet jaune)
Il y avait des tables, des chaises, une tronçonneuse, une enceinte qui leur avait été prêtée. Tout a disparu dans l'incendie de la nuit de dimanche 30 décembre à Saint-Flour. / © Nono (gilet jaune)


Installés route de Murat, à Saint-Flour, depuis le 1er décembre, ils sont une dizaine ce lundi matin à constater les dégâts sur place. « On est désemparés, mais on est toujours motivés. On veut reconstruire quelque chose pas très loin de là où on était. On va essayer de le faire le plus rapidement possible »
En attendant, les gilets jaunes de Saint-Flour comptent bien se retrouver et passer le réveillon de la Saint-Sylvestre ensemble. 

Sur le même sujet

Clermont-Ferrand : la Corrida de la Saint-Sylvestre a rassemblé plus 700 participants

Les + Lus