Cet article date de plus de 4 ans

Casseurs, lacrymo, blessés... à Grenoble les manifs contre la Loi Travail finissent mal en général

La soirée aura été chaude à Grenoble, ce mardi 10 mai. Alors que Manuel Valls compte dégainer le 49.3 pour faire passer la Loi Travail, le mouvement Nuit debout avait appelé à manifester. Le rassemblement s'est achevé en affrontement avec les forces de l'ordre en plein centre-ville. 

© AFP - ARCHIVES
Des vitrines cassées, six policiers légèrement blessés par les projectiles, des manifestants plongés dans la fumée irritante, une interpellation et une ambiance qui n'était pas sans rappeler des soirées passées... la mobilisation contre le passage en force du Premier ministre a mal tourné à Grenoble. Tout avait pourtant commencé par une "assemblée populaire" déterminée mais pas agressive à 18 heures à la MC2. 

Images
durée de la vidéo: 00 min 32
Images du rassemblement à la MC2

Le cortège a ensuite pris la direction du centre-ville, un rassemblement non autorisé étant prévu à 20 heures place Félix Poulat. Un défilé qui a progressivement grossi, avec jusqu'à 500 personnes dans les rangs. 

Certaines enseignes, déjà prises pour cible lors de précédentes manifs, ont alors baissé le rideau précipitamment. 

© Nuit debout

Et c'est finalement dans les environs de la gare, où le cortège avait été dévié, que les affrontements ont débuté vers 21h30 alors que des casseurs s'en prenaient à des vitrines en direction de l'avenue Alsace-Lorraine.

© Yann Gonon
© Yann Gonon
© Yann Gonon
© Yann Gonon

Dans le quartier Europole, l'école de commerce a aussi été touchée.  


Les forces de l'ordre sont intervenues en nombre mais elles ont été accueillies par des jets de pavés notamment. Certains policiers ont alors été légèrement blessés. 


Des vidéos postées sur les réseaux sociaux témoignent d'une grande tension.
 

De vifs échanges ont aussi eu lieu cours Jean Jaurès. 


Vers 23 heures, le calme semblait revenu dans le centre. Pas à pas, et parfois par des interventions musclées, les policiers ont repris le dessus.

© Yann Gonon
© Yann Gonon
© Yann Gonon


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers social économie