Cet article date de plus de 4 ans

A Chonas-L'Amballan (Isère), le refuge de Gerbey offre une seconde chance aux chiens de laboratoire

Chaque année en France, plusieurs milliers de chiens sont utilisés comme cobayes par des laboratoires. Mais que deviennent-ils après? A Chonas-L'Amballan, aux confins de l'Isère et de la Loire, un refuge offre à certains d'entre eux une seconde vie.


© France Alpes
C'est un refuge a priori traditionnel qui, comme d'autres associations de protection des animaux, accueille les animaux domestiques abandonnés par les particuliers ou retirés à leur maître pour mauvais traitements, à la demande des organismes habilités à procéder des saisies.

Depuis peu, quatre jeunes beagle sont arrivés, avec un parcours différent. Il y a 15 jours encore, leur monde se résumait à un laboratoire. De leur passé, on n'en saura guère plus... 

On sait seulement qu'ils ont servi de cobayes, pour tester des médicaments. Où? Contre quelle maladie? Selon quel protocole? On l'ignore. On sait seulement qu'ils ont été plutôt privés de tendresse, qu'ils ont peu vu la lumière du jour, mais qu'ils ont eu la chance de survivre. Car en France plus de neuf chiens de laboratoires sur 10 finissent euthanasiés.

Des rescapés, le refuge de Gerbey en recueille deux à trois fois par an. Avec l'expérience, on a ici appris qu'il faut prendre un peu de temps avant de les confier à l'adoption. "Même quand il s'agit de chiots, ils n'ont pas l'habitude de partager des moments de complicité, mais quand la confiance est établie, ce sont des compagnons formidables".

D'ailleurs, malgré leur histoire particulière, tous les chiens de laboratoire recueillis au refuge depuis 4 ans ont été rapidement adoptés. Pour Milky, Linux, Livio et Loki, les quatre petits beagle, il y a même déjà une liste d'attente.

Reportage de Sophie Pellerin, Dominique Bourget & Virginie Muamba
durée de la vidéo: 01 min 38
Un refuge pour animaux de laboratoire

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
animaux